EveryDay Is Like Sunday Now It's Dark PODCASTNastyMerchNastyMerch

INTERVIEW NASTY SAMY pour le WEBZINE TOUS EN TONG [Janvier 2006]

INTERVIEW NASTY SAMY pour le WEBZINE TOUS EN TONG [Janvier 2006]

"Guitares lacérées par des riffs évocateurs des démons du Rock n Roll. Passion incarnée par les cicatrices d’un perfecto usé suite à des milliers de kilomètres parcourus au sein de différents combos. Des textes sans compromis disséminés dans différents fanzines. Here’s Nasty Samy, personnage haut en couleurs, guitar-hero, encyclopédie vivante du Rock. Bien que les deux groupes dans lesquels il était en activité (Lost Cowboy Heroes et Hawaïi Samuraïi) aient mis un terme à leur aventure, il continue sa route, la tête pleine de projets. Entretien avec le fils du démon..." (Zakky)

Tout amateur éclairé de la scène rock indé connaît bien ton parcours, de Second Rate à Lost Cowboy Heroes en passant par Hawaii Samuraï. De mon point de vue, il y a eu une évolution forte (ou qui s’affirme de plus en plus) : Tu es un peu passé du poppunkrock indé (dans une définition restreinte) au Rock avec un grand R rayonnant large du point de vue des références. Confirmes-tu cette impression ? Veux-tu bien essayer d’expliquer (et non pas de justifier) en quoi il n’est pas contradictoire d’apprécier autant Jawbreaker que Johnny Cash ou encore The Cult ?
Hell’o ! Tu as tout à fait raison... plus je "vieillis" , plus j’essaie de m’affranchir des étiquettes, plus je joue ce que je désire vraiment, plus j’essaie de me tenir à distance respectable de mes principales influences, plus j’essaie de les diluer dans des influences plus larges... pas que j’essaie de jouer une musique "originale", mais j’essaie juste de ne pas rentrer dans le moule des modes éphémères... tous les styles en vogue vont et viennent, c’est cyclique, mais dans la scène punk rock et hard core, il y a bien souvent pas mal de modes éphémères, qui vont et qui viennent, qui re-vont et qui re-viennent, qui re-re-vont et qui re-re-viennent... le punk rock et le hard core sont sensés, à la base au moins, être complètement affranchis des codes qui régissent les autres styles de musique, pas de look, pas de branlette, on fait ce qu’on veut, comme on veut, de la manière dont on l’entend et suivant nos critères... mais malheureusement, c’est loin d’être le cas... je dirais que le punk et le hard core sont actuellement les 2 styles les plus influençables et les moins téméraires... l’exact inverse de ce qu’ils représentaient il y a quelques années encore... donc, j’essaie de me tenir bien loin de tout ça. Je joue ma musique qui ne paye pas de mine, mon punk rock "mélodique" et ça me va. Je joue du rock, ça semble cliché, mais pas tant que ça... du rock, avec des grosses influences punk rock, pop punk et power pop, saupoudré de riffs et solos millésimés 70’s... c’est mon truc... donc, je ne me cantonne pas à un deux trucs références... je ne suis pas très branché par le "revivalisme" non plus, je veux juste écouter et jouer du putain de rock, qui ait une signification et qui ait des références... un truc qui ait des couilles, des tripes et une belle gueule, quoi. Donc, pour répondre à ta question, au fil des années, au fil des groupes avec qui j’ai tourné, au fil des disques sur lesquels j’ai joué de la guitare et/ou de la basse, au fil des concerts, j’élargi mon champ d’horizon, je découvre de nouveaux groupes, je gratte profondément dans l’histoire et dans la culure du Rock, et je me fais plaisir... je n’ai rien a foutre de la mode emo, de la mode post punk, de la mode screamo, de la mode indie disco punk, de la mode stoner, de la mode doom, de la mode garage lo-fi, de la mode je ne sais pas quoi... j’écoute énormément de musique, depuis que je suis au collège... je suis un maniaque, un fanatique de musique, rien n’a plus d’importance à mes yeux que la musique et ce qui s’y rattache ... je suis fan de rock à guitares, à grosses guitares, à grosses guitares mélodiques... ce qui veut plus ou moins dire que j’aime le punk rock, le hard rock, la pop punk, la power pop, le blues, la country, le rock australien, la surf-music, le rock psyché, le death metal old school et le heavy metal, bref le rock and roll... et ce qui veut plus ou moins dire que je déteste le hip hop, l’electro, la techno, le dub, le ska, le reaggae, la musique expérimentale, la noise biscornue, la pop gentille et lo-fi, le post rock, la chanson française, le hard core moderne et le metal actuel... Il n’y a pas de règle, les gens devraient pouvoir écouter de la musique sans appriori... ignorer les tendances, ce qui est soit disant de bon goût ou pas... mais ça implique que les gens ait un cerveau et sache s’en servir, que les gens ait une personalité, qu’ils se foutent du "qu’en dira-t-on ?", que les gens utilisent leurs yeux, leurs oreilles et leurs bouches, et ça, ce n’est pas gagné... écouter Jawbreaker et J Cash ? pas de problème. Husker Du et the Cult ? no problem. Morrissey et Obituary ? no problem. Hank Williams et Metallica ? no problem. Burning Heads et les Stooges ? no problem. Black Sabbath et les Ramones ? no problem. Robert Johnson et WASP ? no problem. Radio Birdman et Dio ? no problem. Billy Childish et Rollins Band ? no problem. Black Flag et Groovie Ghoulies ? no problem. Guns and Roses et Nirvana ? no problem. Samiam et Kiss ? no problem. Van Halen et Dinausor Junior ? no problem. Mega city four et Thin lizzy ? no problem. Bruce Springsteen et Kreator ? no problem. Danzig et Screeching Weasel ? no problem. Dick Dale et Trust ? no problem. Elvis Costello et Hard-ons ? no problem. Fait ce que tu veux, quand tu veux, où tu veux, mais fais le du mieux possible, c’est à dire avec ce que tu as dans la tête et dans le caleçon.

Dans sa dernière formule, Lost Cowboy Heroes était un trio, formule bien souvent incendiaire. Est-ce que ça relevait d’une volonté de ta part, ou bien était-ce parce que tu n’avais pas trouvé le bon pistolero pour croiser le fer avec toi ? N’est-ce pas un peu frustrant de bâtir tout un répertoire basé autour de deux guitares et de devoir tout remettre en chantier après le départ de membres du groupe ?
C’est devenu une volonté au fil des mois... on a décidé de se séparer de l’autre guitariste et du premier batteur parce que nous n’avions pas tout à fait la même vision des choses... ça devient dur de trouver de bons musiciens motivés pour répéter, enregistrer des disques et faire des concerts... pour cumuler ces trois derniers points, il faut : du travail, de la motivation et de l’énergie... tout ce qu’ils n’avaient pas ou plus... il se trouve que nous étions très satisfait de la formule trio des Lost Cowboy Heroes, on avait travaillé dur et beaucoup répété pour faire fonctionner cette formule (avec un nouveau batteur) à peu près correctement et puis on a de nouveau perdu le batteur... donc, basta, quand ça pinaille, on arrête et on recommence un truc...

Le deuxième album aurait du être enregistré début 2006 avec David Weber. Tu as déjà travaillé avec lui et vous partagez certainement une certaine forme de discipline dans le travail mais je ne peux m’empêcher de penser à vous deux comme étant le feu et la glace. Je t’imagine plus facilement travailler avec Lucas Trouble ou Jack Endino (encore faut-il avoir les dollars pour le débaucher celui-là !). Pourquoi souhaitais-tu à nouveau collaborer avec David WEBER ?
J’ai enregistré quelques titres chez David Weber à l’époque de Second Rate (les titres qui figurent sur le split avec Flying Donuts), comme je l’ai déjà dit, c’est quelqu’un de très appliqué, de très minutieux, de très sérieux, pas le roi de la blague, certes, mais un bosseur, qui sait faire la part des choses, il sait exactement quand on doit travailler et quand on doit ricaner... le résultat était bien, mais pas ce qu’on recherchait à l’époque, trop clean, trop plat, pas assez chaleureux, pas assez piquant... mais j’ai toujours dit que je voudrais re-travailler avec lui avec un autre groupe et dans d’autres conditions... je l’ai branché pour enregistrer 8 nouveaux titres des Lost Cowboy Heroes, ça l’a branché et on a convenu d’une période pour l’enregistrement... on a dû annuler après notre décision d’arrêter le groupe, c’est dommage, je suis persuadé que le résultat aurait été plus que satisfaisant, nos nouveaux titres se prêtaient bien à la méthode de travail de David, de gros riff joufflu, une grosse section rythmique et des refrains qui abusent... mais je ne désespere pas de travailler une nouvelle fois avec lui, pour un prochain projet, très certainement... en ce qui concerne Lucas Trouble, c’est un très bon ingénieur du son pour des styles plus "wild", le garage, le rock and roll furieux, le psyché, etc... il travail à l’ancienne école, sans ordinateur, tout analogique, idéal pour des prises live, sans fioriture, il sait capter l’énergie d’un groupe... je suis allé un paquet de fois dans le Kaiser Studio, avec Second Rate (pour le dernier album, tous les autres ont été enregistré au Studio Pôle Nord, à Blois), avec Hawaii Samurai (il co-produisait tous nos albums,), j’ai même joué de la guitare sur 2 morceaux sur un album de Cowboys from Outerspace... bosser avec Jack Endino reste mon rêve absolu, j’adore les groupes dans lesquels il a joué (skin yard, ses albums solos), j’adore la plupart des groupes qu’il a produit, j’adore sa conception de la musique, c’est un hyper productif, allez sur son site (www.jackendino.com) vous allez comprendre sa vision des choses ! et je rêve de mettre les pieds au moins une fois à Seattle... ses tarifs ne sont pas beaucoup plus élevé que les tarifs de studio européen, les studios aux States ont des prix plus que compétitif, et la qualité est toujours au rendez vous, ce qui n’est pas toujours le cas avec les studios français...

Henry Rollins et toi : 4a- Tu es fan d’Henry Rollins. En quoi la découverte de l’homme et de son travail musical comme extra-musical t’a-t-elle affecté ? Est-ce que cela a eu une influence sur certains de tes choix ? En musique comme ailleurs (je pense à l’écriture notamment, avec ton fanzine Everyday is like Sunday).
Henry Rollins est une grand source d’inspiration pour moi... j’ai découvert Black Flag au lyçée, j’avais quelques k7 (dont le mythique "Damage" et quelques compilations) mais à l’époque j’avais les oreilles engluées dans d’autres trucs, puis j’ai découvert Rollins Band peu de temps après, dans les mid 90’s, avec les albums "End of Silence", "Weight" et "Come in and Burn", que j’aimais bien, mais j’ai décroché assez rapidement, c’était l’âge d’or du crossover et de la fusion et je me tournais vers d’autres horizons, genre indie ou power pop... à l’époque il était assez populaire, on voyait souvant ses clips, il était à l’affiche de tous les gros festivals, etc... puis je me suis remis à m’intéresser de près à ses activités il y a un an et demi, et je n’ai pas décroché... j’ai lu une dizaine de ses livres, je me suis complètement replongé dans sa discographie (de Black Flag à Rollins Band, la totale !), j’ai découvert ses spoken word (en cd et dvd), j’écoute ses émissions de radios hebdomadaires sur le net et je les archive, j’ai déniché les films où il faisait une apparition, même brêve et anecdotique, je traque ses bootlegs, je lis la moindre de ses interviews... bref, je suis devenu, ce que l’on appelle un fanatique. Je partage complètement sa vision des choses... il est "jusqu’au boutiste", hyper actif, affamé d’expériences diverses et il cultive une image forte, barré dans un délire disciplinaire... et j’aime la discipline ! chanteur/frontman charismatique, écrivain, acteur, animateur radio, journaliste dans la presse musicale et il trouve encore du temps pour s’occuper de sa boîte d’édition et de son label (catalogue ultra classe, livres, disques, recueuil de poèmes, photos...), bref c’est un cinglé, accro au travail, à la discipline, à l’effort, no bullshit, tout droit, tatoué, bodybuildé, à chaque fois qu’il est au creux de la vague, il rebondit de belle manière, plus fort que jamais... ce mec est Dieu. Il est fan de punk rock, de hardcore (du vrai hardcore, hein, pas de la merde chaotique et noisy qui s’est accaparé ce terme durant ces dernières années...), de blues, de jazz, il est boulimique de littérature... il adore Jeffrey Lee Pierce (Gun Club), Rocky Erickson (13een Floor Elevator), les Buzzcocks, Robert Johnson, Black Sabbath, Jimy Hendrix, Link Wray... bref, tous mes héros... idem pour la littérature... beaucoup de ses références sont les miennes... et je suis ultra fan de Black Flag, le groupe le plus intelligent et le plus dangereux de la planète (à partir du moment où il est arrivé dans le groupe, bien sûr !) idem pour Rollins Band, un rouleau compresseur, une machine à riff, qui broie absolument tout sur son passage... son message est clair, si tu veux faire quelque chose, fait le, travaille dur, donne ton possible, donne toi les moyens de le faire, fonce droit et fait le, point à la ligne. N’attend rien de personne, ne compte que sur toi même... Tu veux essayer un nouveau truc ? tu veux te lançer dans de nouveaux projets ? découvrir ? essayer ? fais le, ne pose pas de question, avance, pousse, écrase, tu arriveras à passer, et si tu n’y arrive pas, recommence... tenter d’étouffer nos points faibles pour faire ressortir nos points forts... ce mec est INTENSE... J’aime également sous quel angle il aborde la politique, avec finesse, humour, et sans démagogie... je ne m’identifie pas à ce qu’il fait ou à ce qu’il est, mais c’est une source d’énergie pour moi, une pile qui alimente mes batteries... il est cultivé, intelligent, solide, inflexible, sérieux, travailleur, tendu, droit, extrême et sans concession... tout ce que j’aime, et tout ce à quoi j’aspire... checkez les sites qui lui sont consacrés : www.henryrollins.com ; www.harmonyinmyhead.com ; www.rollins-archive.com J’aime également beaucoup d’autres gaziers dans le même style, généralement des multi-activistes, écrivain, musicien, journaliste... des agitateurs "multi carte", qui remplissent leur vie, qui tentent le tout pour le tout chaque jour, des mecs chauds comme des bouillotes, qui s’intéressent à la musique, à la littérature, au cinéma... des gaziers qui n’attendent pas que les jours passent, qui prennent la vie par les cornes et par les couilles...

4b- Quel livre, quel album, conseillerais-tu à quelqu’un qui ne connaît rien d’Henry Rollins ?
Tous ses livres, tous ses albums, tous ses spoken words, tous ses films, tous ses sites... Pour ceux qui ne connaissent pas son univers, en livre, tentez la série des Black Coffee Blues (trilogie) qui est un mélange de tour reports, journaux de bord, réflections sur la vie, poèmes, articles parus dans la presse musicale, interviews... passionnant ! le livre "Get in the Van" est un must également, si vous croyez comprendre et savoir ce qu’est le punk rock, vous allez être étonné... l’album "My War" de Black Flag, une décharge ultra violente dans la gueule, l’enfer sur Terre... l’album "the End of silence" de Rollind Band, première mouture, c’est à dire avec son 1er backing band, très heavy, avec des pointes noisy, mais ça écrase sec... et l’album live ("the only way to know for sure") de Rollins Band, 2ème génération, avec le trio excellent Mother Superior en backing band, plus rock and roll, plus 70’s dans l’esprit, un double live monstrueux, qui scotche au plafond... mais honnêtement, que ce soit en livre, en musique et en spoken word, rien est à jeter, procurez vous tout et inclinez vous ! gloire à Henry Garfield !

Tu diriges ton propre label Vampire records qui te permettait de servir les intérêts de Lost Cowboy Heroes. Souhaites-tu étendre tes activités (sortir les prods d’autres groupes par exemple) et si oui quels sont tes projets ?
Vampire Records gérait les activités de Second Rate (co-production de tous les disques, avec d’autres labels), idem pour Lost Cowboy Heroes... et ça risque d’être pareil pour mes futurs projets/groupes... j’aime bien gérer mes activités, et de toute manière, ça n’intéresse pas beaucoup d’autres labels, donc... je suis seul à m’occuper de cette petite structure... je m’occupe de la promo des disques (envois magazines/fanzines/radios/webzines) et je deale directement avec les distributeurs (j’ai bossé avec United Musics Company, Musicast et Overcome). Non, je ne souhaite pas étendre mes activités... j’ai un planning assez serré... j’ai organisé des concerts (punk rock/pop punk/power pop/garage rock/surf) pendant quelques années, mais j’ai arrêté il y a un an environ... j’écris pour mon fanzine, EVERYDAY IS LIKE SUNDAY (il y a quelques années en arrière, sous un autre nom : "There’s a place in hell for me and my friends") et pour d’autres, occasionnellement (j’ai participé à quelques numéros du Kerosene nouvelle formule avec ma colonne "everyday is like sunday") mais je préfère m’occuper de mon propre petit fanzine old-school du même nom, et je suis en train de bosser sur un website, EVERYDAY IS LIKE SUNDAY, qui se penchera sur la musique de diable, c’est à dire, le hard rock, le heavy rock, le punk rock et la pop punk, sur le cinéma de genre (fin de série ! de B à Z !), littérature cheloue, les comics/BDs, bref la culture bis, avec reviews, interviews, les fameuses Nasty Samy’s Values (mon journal de bord) et attention scoop, une émission radio, "Running with the Devil Ra(dio) Show ", téléchargeable 1 ou 2 fois par mois, avec de la musique choisie par mes soins et quelques histoires du tonton Nasty Samy pour boucher les trous, c’est nouveau pour moi, un challenge, ça m’excite carrément cette partie radio... ça sera en ligne début février : www.likesunday.com Tout ça pour dire que je ne peux pas m’occuper d’avantage de mon label... manque de temps et surtout d’argent... les disques se vendent mal, je n’ai pas de budget, je ne serais pas d’une grande aide pour un groupe, donc... que chacun se démerde ! En ce moment, il n’y a pas grand chose qui me fasse rêver en France, à part les quelques groupes encore en activité qui ont partagé un paquet de fois la scène avec Second Rate (Flying Donuts, Dead Pop Club, etc...)

Le split avec Ravi est encore frais. N’aviez vous pas envisagé une mini-tournée ensemble ? Un tel plateau n’aurait-t-il pas rendu plus facile l’organisation et la planification de dates ?
Nous avions effectivement plannifié quelques dates ensemble, cela n’a pas pû se faire parce que les membres de Ravi ne peuvent pas trop se libérer pour tourner... nous avons donc fait une dizaine de dates seul. A cette époque, je tournais beaucoup avec Hawaii Samurai (pour la dernière tournée), nous ne pouvions jouer qu’une dizaine de concert... en règle générale, la collaboration entre les 2 groupes, Lost Cowboy Heroes et Ravi, à été un peu chaotique et "cafouilleuse"... j’ai dépensé beaucoup (trop) d’énergie sur ce split CD, je n’en garde pas un très bon souvenir, j’aime bien les chansons, mais l’organisation à été foireuse... avec du recul, je ne le referais pas... nous avions une façon de faire radicalement différente, ce genre de chose arrive, le groupe à beau s’entendre et partager quelques trucs en commun, ça ne fait malheureusement pas tout...

Tu as monté un nouveau projet avec Ben, batteur des Flying Donuts. Veux-tu nous le présenter ?
the Black Zombie Procession. On a enregistré 2 titres fin Novembre 2005. Notre première prod’ verra le jour dans le courant de l’année 2006... un split ep 45t (4 titres) que l’on partagera avec le groupe surf garage brésilien the Dead Rocks, qui sortira sur le label Sweet Jeanne Production (un label de Nançy, qui fait également tourner un bon paquet de groupe rock and roll internationaux). On est seulement deux dans le groupe, je joue la basse, les guitares, et Ben joue la batterie... c’est instrumental, ça tape dans la pop punk ultra fraîche, la surf music, le punk rock, le rock’n’roll cryptique, on n’a pas trop de limite... il y a des samples de films d’horreurs, des cris... ça peut ressembler à certains morceaux d’Hawaii Samurai, avec un côté punk rock beaucoup plus prononçé... c’est mon projet, j’y colle ce que je veux, je joue tout sauf la batterie... ça va devenir un groupe à géométrie variable, avec toujours moi aux guitares et à la basse, Ben à la batterie et je demanderai à quelques chanteurs de venir nous filer un coup de main en studio... on compte enregistrer quelques titres (une dizaine) dans le courant de l’année, en fait les morceaux que j’avais composé pour Lost Cowboy Heroes et qu’on devait enregistrer dans la foulée... donc, je reprend tout à la base, je vais tout enregistrer moi même avec l’aide de Ben et de quelques chanteurs... du gros Rock influençé par le punk, la pop, la surf music et le hard rock... ça reste principalement un groupe de studio, gardez les oreilles ouvertes, the Black Zombie Procession is coming, on cherche un label pour nous filer un coup de main, si vous avez une idée...

Parlons un instant de Besançon. De l’extérieur, on peut avoir l’impression que c’est une ville qui entretient une certaine vitalité dans le domaine du Rock. Est-ce que tu le confirmes ? Et si oui, comment l’expliquerais-tu ?
Aucune vitalité dans aucun domaine... rien qui me retourne... rien de très motivant... c’est une ville très ennuyeuse... beaucoup de hard core moderne, pas mon truc du tout, et beaucoup de groupes inintéressants... quelques groupes de ci de là, mais encore verts, pas mûr quoi, ultra influençés, qui font semblant, pas très généreux, et qui ont du mal à envoyer la purée sur scène... beaucoup de gens qui parlent, pas assez qui agissent, donc, rien à signaler, mais ce n’est que mon avis. Il y a cependant une asso’ (Mighty Worm) qui se bouge carrément bienpour organiser des gigs très sympas dans les locaux d’une petite radio, ces gaziers ont le bon esprit et la coolitude à mort... mais à part ça, que de la loose à perte de vue.

9- De tous les albums auxquels tu as participé, quel est celui dont tu es le plus satisfait et pourquoi ?
Je ne ré-écoute jamais les skeuds de mes groupes... je suis rarement satisfait de ce que j’enregistre... je pense que c’est très difficile d’apprécier la musique des groupes dans lesquels on joue... impossible d’avoir du recul, il y a toujours un truc qui cloche, quoi... j’aime bien les morceaux du split second rate/scuttle, parcequ’il me rappelle cette époque, la plus "wild" du groupe, et la plus intense aussi... des concerts à gogos, fuck you attitude, voyou stylee, on ne se posait aucune question, une période très excitante pour le groupe, tout le monde bossait encore à côté du groupe, on montait dans le camion tous les week-end pour faire mal, la tournée en Angleterre, les gros festivals, on enregistrait des titres souvent, on les plaçaient sur des compilations à droite et à gauche ... alcool en très grande quantité, du cul dans tous les sens, guitares cassées, sauts carpés et larsens extrêmes... une bonne époque ! J’aime bien le dernier Hawaii Samurai également ("the Shape of Surf to come"), pour les mêmes raisons... toujours sur la route, à droite et à gauche, et un disque où on a pu mettre nos diverses influences, surf/punk/psyché/rock/blues, et j’adore jouer de la basse... j’aime bien également les morceaux que l’on devait enregistrer avec Lost Cowboy Heroes, et que je vais finalement enregistrer sous le nom de the Black Zombie Procession, parce que ces titres me paraissent cools, power rock and heavy pop, et parce que j’aime bien finir les choses que j’ai commençé avant de passer à autre chose...

10- Avant de finir, quelques petits jeux :
10a- Constitue le groupe absolu (quelle section rythmique, quel guitariste, etc. .)

mes chanteurs préférés ; Ian Astbury (the Cult), Henry Rollins, Bon Scott (AC/DC), Phil Lynott (Thin Lizzy), Johnny Cash, Paul Westerberg (the Replacements), Wiz (Mega City Four, Ipanema), Ronnie James Dio, Glenn Danzig, David Lee Roth (Van Halen), Ozzy Osbourne (Black Sabbath), James Hetfield (Metallica), Jason Beboot (Samiam), John Bush (Anthrax), Jeffrey lee Pierce (Gun Club), Billy Idol, Morrissey, Evan Dando (Lemonheads), Rocky Erickson (13een Floor Elevator).

mes guitaristes préférés : Angus Young (AC/DC), Johnny Ramone (the Ramones), Ted Nugent, Jimmy Hendrix, Billy Duffy (the Cult), J Mascis (Dinosaur Jr), Slash (Guns and Roses), Tony Iommi (Black Sabbath), Dick Dale, Chris Haskett (Rollind Band), Chuck Berry, Kirk Hamett (Metallica), Eddie Van Halen, Steve Stevens (Billy Idol), Deniz Tek (Radio Birdman), Wayne Kramer (MC5), Jeff Dahl, Jimmy Page (Led Zep’).

bassistes préférés : Cliff Burton (Metallica), John Paul Jones (Led Zep’), Duff Mac Kagan (Guns and Roses), Phyl Lynott (Thin Lizzy).

batteurs préférés : John Bonam (Led Zep’), Tommy Lee (Motley Crue), Sim Cain (Rollins Band), Matt Sorum (Guns and Roses, the Cult, Velvet Revolver), Matt Cameron (Soundgarden), Ben Dalstein (Flying Donuts), Matthieu Gazeau (Headcases).

10b- Ton appart brûle, quel disque et quelle guitare sauverais-tu des flammes ? Pourquoi ces choix ?
Le disque... "My War" de Black Flag, pas mon disque préféré de tous les temps, mais le plus haineux et le plus teigneux, le plus intense, un disque qui pourrait contenir ma colère, qui me permettrait de rester droit et de ne pas baisser les bras... ce disque est un véritable coup de poing dans le ventre. C’est le disque que je pose sur ma platine quand je suis ultra vénèr’... Ma guitare acoustique... une Takamine avec une énorme caisse de résonnance, dans le genre guitare de country... pas la guitare dont je joue le plus souvent... mais parce qu’on peut tout faire sur une guitare sèche, écrire des chansons tristes ou joyeuses, jouer du blues, envoyer de la pop bien fraîche, plaquer quelques accords, et c’est l’instrument idéal pour bosser les gammes, si ça passe sur une guitare sèche, ça passera encore mieux sur une guitare électrique ! D’ailleurs, en parlant de guitares, je vends ma RickenBacker, passez moi un mail si vous êtes intéressé, je vous donnerai plus de détails, elle est en super état.

10c- Tu n’as droit qu’à un seul et dernier tatouage : Search and destroy dans le dos ou le logo d’Hüsker Dü sur le cœur ?
J’avoue qu’en ce moment, je suis plus dans un mood "Search and Destroy"... mais j’ai toujours un profond respect pour Husker Du, mec, j’ai rayé les disques de ce trio magique à force de les écouter... je les ressortirai à plus d’une reprise, j’en suis sûr...

11- En conclusion, quelques questions en rafale :
11a- Dernier disque acheté ?

Mes derniers achats, pas plus tard que ce week-end, à Dangerhouse, très bon disquaire, à Lyon : un live LP des monstrueux Beasts of Bourbon "Low life", un album CD de Roadsaw "Nation Wide"(1997, power rock tendance 70s, avec un mec qui a joué dans Milligram, from Boston) et un double LP de Rock City Angels "Young Man’s Blues" (1988, bluesy rock’n’roll, ala Black Crows/Dogs d’Amour)

11b- Dernier livre acheté ?
L’autobiographie de Johnny Cash, il y a une dizaine de jours... pas encore lu, je suis encore dans les correspondances de Hunter S Thompson "Gonzo Higway", et dans quelques magazines (Mad Movies et des vieux numéros de Enfer Magazine)

11c- Dernier ticket de cinoche acheté ?
"Jarhead" (film de guerre sur les early years de la guerre en Irak, opération tempête du Désert stylee !) et "Saw 2", plus craspec’ et dégueu’ que le premier mais un scénario pour mongoloides...

11d- Et parce qu’une interview de Nasty Samy ne peut se terminer sans cette question : Ta playlist du moment ?
ma play list de la journée : J’ai passé l’après midi dans la salle de sport de mon quartier ; donc balladeur mp3 oblige... voilà ce qu’il y a dans mon petit appareil :
Tokyo Dragon (1er album, nouveau groupe hard rock anglais, qui tourne ces jours ci avec Nashville Pussy, pas renversant mais efficace, hard’n’roll subtilisé à AC/DC, Rose Tatoo...)
the Quiller (démos 4 titres, ex Roadsaw, heavy rock from Boston)
Anthrax (l’album "Stomp 442", riffs massifs et puissance dévastatrice !)
Unida (démos 4 titres, dernier enregistrement avant le split du groupe et avant Hermano donc... J Garcia au chant, forcément du bon, différent de Kyuss, plus catchy mais toujours planté dans les 70s...)
Rogue Male (4 titres, dégaine ala Twisted Sister, Wasp, look ala Mad Max, et zique qui lorgne du côté de Motorhead, rock and roll gras et rapide, mais avec un son d’époque, quoi... mid 80’s)

En répondant à l’interview, j’ai écouté un album de the Almighty "Psycho Narco", le premier album éponyme de Downset (grosse fusion qui latte ! "anger, hostility toward the opposition, angeeeeeeeeeeer !") et j’ai écouté quelques émissions radios de Danko Jones et de Henry Rollins sur internet, autant dire des play-lists exemplaires, vu les goûts de ces deux seigneurs !

Merci pour l’intérêt porté à mes activités, merci pour l’interview, les questions étaient cools, longue vie à Tous en Tong Webzine ! Un grand bonjour à Christophe I hate people, yo man, comment ks’a gaze ? Checkez mon webzine à partir de début février : Everyday is like Sunday : www.likesunday.com musiques possédées, films qui foutent les jetons, livres dégueus et salaces, émission radio malsaine, du bon les gars ! Faites tourner l’info.

Stay heavy, Stay Strong and Stay Clean

Mighty Fuckin’ Nasty Samy, Dragon Hunter, Sister Fucker and Rock’n’roll Soldier.