EveryDay Is Like Sunday Now It's Dark PODCASTNastyMerchNastyMerch

INTERVIEW NASTY SAMY pour le fanzine Rotten Eggs Smell Terrible (n

Samy: Tout lu ton zine hier soir! Le sommaire est très loin de ce que j'écoute (ou lis, en fait)...
rest:- ouais je suis plus branché punk européen, je préfère écouter du D Beat scandinave que du hardcore New Yorkais... en même temps et comme toi je pense, j'aime des sonorités diverses et variées... tiens là j'écoute Black Diamond Heavies, tu connais?
Samy- BDH, duo orgue/batterie! D'ailleurs ils vont faire un split EP avec les français Billy Gaz Station (sortie fin d'année), avec qui je joue de la basse depuis peu (j'ai fait mon premier concert avec eux en Suisse hier soir!), le monde est petit! Ces deux groupes ont déjà joué ensemble, ils sont devenus potes. Le "concept" de ce EP : chacun fait une reprise de Van Halen! C'est pas beau, ça? Eddie Van Halen, président du monde!
Rest- oui je sais que depuis tes premiers émois musicaux t'as gardé une tendresse particulière pour le métallique! ? Van Halen! j'avais un LP (je me souviens plus le titre, la pochette était verte / sorti en 80, 81?)
Samy-Ah ben tu vois, tu avais plutôt bon goût quand tu étais jeuuuuuune… le skeud de Van Halen auquel tu fais référence, c’est « Women and Children First », sacré bon skeud mais je lui préfère le premier (« Eruption », putain ce morceau, alors là attention, tricotage intensif de doigts, option tapping dément, interdit aux guignols, sérieux de chez sérieux !) et leurs deux ultimes chef d’œuvres « Fair Warning » et « 1984 » (dont est issu le morceau un peu craignos « Jump », mais le reste de l’album est monstruous !).
Rest- tu sais à l'époque j'écoutais plein de trucs de hardrock, Krokus, Angel City et surtout Blue Oyster Cult, Blue Oyster Cult...
ah ben voilà, là on y est, good de chez good, « Tyranny and Mutation », superbe mélange de hard rock 70s et de science fiction, cool jusqu’à l’encolure, une des plus grandes influences d’un des mes groupes préférés, j’ai nommé Radio Birdman.
Rest- ouais bien vu l’analyse du B.O.C… et Radio birdman ils sont au premier rang pour moi aussi...
Après j’oublie pas le premier Motorhead (mon préféré!) et Saxon (qui pétait bien aussi!) j'avais profité de quelques biftons de mémé pour au fur et à mesure m'acheter les 3 ou 4 premiers Alice Cooper que j'ai vendu contre quelques pauvres francs à Toulouse au capitole pour m'acheter quelques gorgées de bière... la vie est faite de choix pas toujours très judicieux?

Samy- Motorhead, ouais bof, ça m’a toujours un peu saoulé, je respecte la carrière et la longévité de Lemmy, mais ça n’a par contre jamais été un modèle pour moi, et j’ai toujours trouvé leurs morceaux pas inspirés, quoique j’ai « Orgasmatron » en LP, et celui-ci était différent, plus gras, plus coulant, pas mal… Sepultura reprenait « Orgasmatron » (période « Arise »), et là c’était la déflagration ultime, l’envoi de planchette en pleine truffe…
Rest- Moi j’aime bien aussi la pochette de Bomber la tronche des protagonistes dans l’espèce de vaisseau c’est à tomber par terre !!! et Krokus aussi…
Samy - Krokus, yes, des suisses qui singeaient à la perfection AC/DC, j’ai quelques LP aussi, je me rappelle que les mecs du band avaient des noms à consonance portugaises, marrant, ça changeait des pseudos à la mode ricaine ou anglaise (du genre Snake Gun ou Ricky Faith). Alice Cooper, right ! Les premiers albums sont des mines antipersonnelles à tubes, le grand père de l'horror rock granguignolesque, sa période fin 80/90 est beaucoup plus Hard Rock FM mais il y a de bons trucs quand même, à cette époque il jouait avec un guitariste ultra body buildé, qui avait une guitare en forme de mitraillette, le top de la classe ultime, quand je serai grand je veux être comme lui!
Par contre je reviens sur ta première boutade « je préfère écouter du D Beat scandinave que du hardcore New Yorkais », en fait je ne vois pas trop le rapport (c’est pour rigoler en fait, et aussi pour le côté brut contre le côté plus léché des ricains qui passent leur vie en studio, ndrest) c’est un peu comme si je te disais que je préfère le rock australien à la oi québéquoise (ce qui est complètement vrai), ça ne va pas nous mener bien loin…
Rest- euh c’est au niveau de la géographie et de l’etat d’esprit dans lequel se déroule le truc… et juste un mot pour affirmer mon goût aussi assez prononcé pour la oi ! quebecoise ;;; hum !
Samy- bon, hormis ça, le D beat et les groupes crusty le clown, ça ne me parle pas, la zique, les paroles, les visuels, le délire, bref, je m’en cogne, ça me passe au dessus de la brosse… Tu vois, tout est histoire de distance et de recul, les trucs tough guy de new york des années 90s, faut prendre ça avec des pincettes, ça fonctionne bien quand je fais mon jogging ou dans mon I-pod quand je suis à la salle de sport, faut toujours remettre les styles de zique dans leur contexte, le délire est quand même assez fun (only the strong survive et tous les trucs de survie en milieu urbain, ça pipote sec !)… c’est comme tes trucs D beat, quand même Thierry tu vas pas me faire croire que tu crois à tous ce qu’ils racontent, pas à ton âge, ahahha… et ben moi c’est pareil pour les coreux de la grosse Pomme. Par contre, et là je suis sérieux, tu devrais te remettre les premières galettes de Cro Mags dans le cornet, ça te fera un bien fou, sûr de sûr… Donc on a vu que Eddie Van Halen était le candidat idéal pour régner sur le monde, pourquoi ne pas proposer le poste de premier ministre à John Joseph, hein, je te le demande ?
Ah voilà une interview qui commence fort, où il est question de Blue Oyster Cult, Van Halen et de méchants gangs new yorkais, je sens qu’on va se marrer…
Rest- Hé,hé ! pour le D Beat je crois pas forcement a tout ce qu'ils racontent... je crois pas en ce qu’on me raconte en général et qui que ce soit ! mais j’arrive pas à m’en défaire…c'est un tout avec le son, le rythme... c'est sentimental un peu aussi sûrement?
Samy- Ouais « sentimental » exactement, et c’est aussi dans ce sens là que j’écoute beaucoup de disques, pour retrouver des sons, des ambiances et même des images, des souvenirs quoi… C’est une bonne sensation, de se replonger dans le passé, se rappeler de bons moments, quand on écoutait tel ou tel groupe avec de vieux potes qu’on n’a plus vu depuis un bail, c’est aussi fait pour ça la musique, se remémorer des petites portions de nos misérables vies ! C’est bon parfois d’éprouver une douce nostalgie nous caresser les tympans, non ?
Rest- Oh oui ! bon je vous laisse je file mater twilight... twilight, chapitre 1 ... tu dois connaître la bête et rassure moi c'est pas le seigneur des anneaux ya pas d'autres chapitres???
Samy- Twilight, pas vu, c’est un peu le Harry Potter du film de Vampire, non ? Une belle histoire pour adolescente timide qui n’arrive pas à se faire un petit copain… C’est ta fille ou ta femme qui regarde ça ? Dans les 2 cas, je te conseille d’avoir une bonne discussion avec l’une d’entre elle. Il y a anguille sous roche. Perso, je préfère Massacre à la tronçonneuse. Twilight c’est au film d’épouvante ce que Superbus est au punk rock, un truc du genre, je crois.
Par contre, je n’ai jamais vu le Seigneur des Anneaux, heu ouais, c’est donc moi… c’est grave docteur ? J’ai lu Bilbo le Hobbit il y a bien longtemps, quand j’étais au lycée, et ça m’avait fatigué. Genre grosse fatigue. Les lutins et les anneaux, j’ai décidé que ça ne m’épuiserait plus, basta.
Hey ! nathalie il a jamais vu le seigneur des anneaux ! ! ! remarque moi j’ai jamais pû suivre un film de la série en entier !… De toute façon elle a stoppé twilight pour mater Georges Mickael sur arte... quelle soirée !
Samy- Ah, ben faut dire à Nathalie que la TV, c’est pas bon pour la santé… ni mentale, ni physique, d’ailleurs. Enfin bon, elle fait bien ce qu’elle veut…
Rest- j’en profite pour retourner sur mon ordi et du coup je fais un saut sur ton site ouebe...
hell'o ça pulse!? je suis sur ton portail... je jette un coup d'oeil à l'avalanche de disques, là sur la droite... si si on a des goûts en commun, ramones, 13th Floor Elevator, Radio Birdman et même Killing Joke... (comme tu dis au gars de Toulouse dans le podcast de juin... on a 2000 disques et on écoute toujours les mêmes vieux trucs, hein?')
Samy- Yes, oh et je pense qu’on a bien d’autres goûts en commun, toi et moi, musicaux et le reste aussi… Ramones, of course, celui qui n’aime pas les Ramones n’aime pas la musique, tout simplement ; 13th Floor Elevator, superbe, je suis un grand fan de Roky Erickson, dans le style azimuté, on ne fait pas mieux, sa zique est d’enfer, sa vie complètement chaotique, son style hyper personnel ; Radio Birdman, je l’ai déjà dit, c’est un de mes groupes préférés, il y a quelques années j’étais vraiment à donf’ sur le rock à l’australienne, dont on peut les considérer comme des espèces de darons, et puis je me suis un peu calmé, même si je réécoute des groupes de cette scène (et de cette époque) toujours avec grand plaisir : Hoodoo Gurus, Screamfeeder, Hard Ons, Screaming Tribesmen, Beasts of Bourbon, New Christs, the Saints, etc… ; et Killing Joke, voilà encore un groupe exemplaire, original, intense, profond et surtout intimidant. A ne pas écouter tout seul dans le noir, avec un corde au cou.
Rest- je vois que t'as pas mis de groupes français...?
Pour les groupes français, c’est vrai, mais j’aurais pu. Real Cool Killers par exemple, qui sonnaient un peu comme un groupe australien d’ailleurs ; les Dogs, du rock simple et raffiné, comme on n’en fait plus ; Burning Heads, leurs 2 premiers albums m’ont accompagné au début du lycée, ils m’ont fait découvrir un bon pan de la scène hardcore californienne, une carrière exemplaire, c’est un modèle pour la plupart des groupes mélo/indie punk français, un sacré groupe ; les Thugs, avec qui on avait joué à l’époque de Second Rate, même si maintenant j’ai beaucoup de mal à réécouter, bizarre ; et il y en a quantité d’autres, j’aimais bien Portobello Bones, encore un groupe qu’on avait croisé, assez original, noise mais qui ne rentrait pas dans les clichés parfois agaçant de ce style ; je suis un fan des premiers Trust aussi, ça joue hyper bien, c’est bien nerveux et les paroles sont bien ; dans le metal, on a eu de supers bons groupes aussi, à la grande époque du thrash/death, mes préférés : Loudblast, Massacra, Crusher, No Return, S.U.P, c’était dans les nineties.
Et puis il y a plein de bons groupes que j’ai croisés, et que je continue de croiser, sur la route, dont certains sont devenus de bons potes… Le seul petit truc que je pourrais reprocher à la scène française, en général, c’est qu’on a tendance à se cacher dans l’ombre des ricains et des scandinaves et de récréer des schémas qui existent déjà , de sauter sur des modes éphémères mais avec 2 ou 3 ans de retard… Après il y a des exceptions, je reçois beaucoup de disque promos et je croise un paquet de groupes, il y a quand même pas mal de trucs intéressants, même si des fois j’aimerais un peu plus de personnalité et de générosité.
pareil pour le cinoche de l'autre côté... même pas un de funes ah!ah! plus serieusement ton site est riche en surprises et infos, bien foutu, assez éclectique en fait... moi, ça me fait l'impression de rentrer dans une boutique, celles qui existent (presque!) plus... et puis on t'entend causer avec ton pote de toulouse sur le podcast... en fait je suis un peu a fouiller dans les bacs et a écouter le taulier, pas mal!
Pour le ciné, non, en fait en France, il n’y a rien de potable pour qui aime le cinéma de genre, quel qu’il soit… Funes, Bourvil et compagnie, non merci, de toute façon je n’aime pas les films comiques. Non vraiment, à part Mocky et Chabrol, rien ne me branche. Mais ces deux là ont tout compris de la condition humaine et savent dépeindre les cochons à deux jambes sous leur véritable jour. Des visionnaires.
Cool, tu as bien compris l’ambiance avec mon site, c’est exactement ça, c’est un peu comme si tu étais dans ma piaule… c’est mon univers. J’aime bien quand c’est généreux et que ça dégouline de partout. Une carte de visite, le mec qui va sur mon site et qui visite un peu, il voit tout de suite où je veux en venir. Voilà le lien pour ceux que ça intéresse : www.likesunday.com
faut fouiller ya de l'abondance, et puis on a envie d'ecouter des trucs qu'on n'a pas l'habitude d'ecouter... en fait t'as vachement de références dans les sixties, seventies, eighties et puis t'es a fond dans la zique actuelle....?
J’écoute beaucoup de choses, peu importe l’époque, il y a du bon partout. Et du mauvais aussi. Beaucoup. C’est un jeu dans lequel il faut toujours être à l’affût, c’est stimulant. Je ne suis pas du genre à dire c’était mieux avant et blah blah blah, il y a de bonnes choses dans le punk moderne, le metal moderne, la power pop moderne, etc… Ce qui est anecdotique pour toi là maintenant, ça va peut-être changer la vie des plus jeunes, les inspirer, les motiver, faut jamais oublier ça… Quand tu te prenais les Ramones dans la gueule, il y avait certainement un vieux qui te regardait avec dédain en te racontant son premier concert des Rolling Stones.
Les règles ont changé, la manière de produire les disques, d’en acheter, d’en écouter, ça avance… c’est pas forcément un bon truc, mais on n’y peut rien, et de s’éloigner du terrain de jeu ne changera rien au problème. Je suis musicien, donc il faut que je reste au milieu de la tourmente, si tu t’endors, t’es dead. C’est sûr que c’est moins compliqué de rester bloqué sur sa pile de vieux disques et de ne plus s’intéresser à ce qu’il sort sous prétexte que tout a été fait, que l’esprit de l’ancienne époque c’était le « vrai » truc, et ce genre de salades,… ça demande moins d’effort. Idem au ciné, c’est plus facile de maugréer et de dire que les vieux films c’est mieux, que de bouger son cul et d’aller au ciné fréquemment pour voir ce qu’il se trame, rester aux aguets des petits films qui sortent, des nouveaux réalisateurs, etc… Le délire passéiste, c’est un truc de fainéants… ou de peureux, les mecs ont les boules because la planète est en effervescence et qu’eux se sentent comme des escargots rabougris, ils se sentent impuissants, et ça c’est un truc qui fait flipper l’impuissance, surtout chez le mâle. .. Restez dans vos bocaux de formol et continuez de vous baver dessus, pendant ce temps là, le monde continue de tourner. Des musiciens enregistrent des disques, des écrivains pondent des bons romans, des réalisateurs bricolent des bonnes petites bobines, des illustrateurs accouchent de bons comics, et vous, vous faites quoi ? Vous matez téléfoot ?!
Je pense qu’il faut bien connaître l’histoire du rock pour pleinement en apprécier les subtilités. C’est une longue histoire, un grand temple… si tu connais tes classiques, tu comprends où va la musique, pourquoi toutes ces modes sont cycliques, etc… Tu peux avoir une vue d'ensemble.
Rest- au secours moi je suis comme ce mec décrit par kevin K qui reste bloqué sur l'année 86 avec des vinyls et des K7 audio?
Samy- Dommage, en vingt ans il s’est passé de bons trucs. Cela dit, j’écoute encore beaucoup de cassettes, j’ai une bonne collec’ que j’écoute dans mon van, encore équipé d’un autoradio cassette. J’aurais encore une platine cassette chez moi, je te ferais une bonne vieille mixtape qu’avec des trucs modernes qui m’ont bien branchés, tu l’aurais bien mérité !
Rest- en fait j’exagère un peu et j’écoute aussi des trucs actuels... en fait c’était aussi une habile transition vers le bouquin de Kevin K qui a bossé aussi dans une boutique... tu l'as rencontré comment?
Samy- J’ai organisé un concert pour lui à Besançon il y a bien 8 ans, puis j’ai fait une interview de lui pour le fanzine Kerosene, dans lequel j’écrivais à l’époque. Puis je l’ai recroisé à plusieurs reprises sur la route, avec mes groupes… Il m’a envoyé quelques paquets avec ses disques, on restait en contact… ensuite je suis parti avec lui 2 semaines pour faire le roadie, pour une de ses tournées en Allemagne et Pologne. A chaque fois qu’il vient en Europe, on se voit. Il joue fréquemment à Besançon. Et je joue de la basse avec the Last Brigade, qui est son backing band en Europe depuis 4 ans.
Rest- d'après le peu que j'ai lu sur lui... et ce que je découvre sur toi vous avez quand même pas mal de points communs?
Samy- Je suis un gros fan de Jeff Dahl, et j’ai tout de suite capté qu’ils étaient dans le même délire, genre du gypsy punk qui roule sa bosse un peu partout, qui sort des disques à tout va et qui tourne où on veut bien de lui. Et effectivement, sur ces derniers points, on se retrouve. En fait, il perpétue l’héritage des bluesmen, ou countrymen, ou même jazzmen, qui jouaient partout et dans n’importe quelles conditions, parce qu’il fallait bien bouffer… Old school quoi. Ca dépasse le cadre même de la musique. Et donc, dans ce style de vie, effectivement je m’y retrouve et j’essaie de fonctionner sur ce mode là. Des concerts, des disques, des voyages et des collaborations à foison. C’est comme ça que j’envisage la musique, et pas autrement. Un long road trip, tu poses tes amplis où il y a de la place, tu installes ton stand de merch, et tu balances la sauce. Parfois il y a de très bonnes surprises, parfois de moins bonnes.
Dans le même délire que Kevin, il a Simon Chainsaw, un australien, son mode de fonctionnement et le même, sa musique est un peu plus branché punk’n’roll moderne, ça dépote bien, et c’est toujours très mélodique… je suis en contact avec lui, et on va certainement collaboré ensemble d’une manière ou d’une autre l’année prochaine.
Cela dit, Kevin K a un peu plus de 50 ans, et j’en ai 32, on n’est pas de la même génération, on ne voit pas les choses toujours sous le même angle. Il est clairement dans un trip nostalgique Stiv Bators/Johnny Thunders/Iggy Pop. Mon univers musical est un peu plus coloré. Et moderne. Même si j’ai beaucoup de respect pour Stiv Bators (j’adore Lords of the New Church, plus que les Deadboys), et j’aime bien les trucs acoustiques de Thunders (par contre lé délire born to lose, junky style, ch’uis pas le bon client), heu mais les Dolls, ça ne me fait rien… et Iggy Pop, j’ai beaucoup de mal avec le personnage. J’ai plus d’affinités avec Ron Asheton, par exemple.
Pour ceux qui veulent en savoir plus sur Kevin K, je leur conseille son autobiographie « How to become a successful loser », tout y expliqué en détail. Appellation d’origine contrôlée rock’n’roll, certifié 100% sans bullshit. Vous pouvez le commander sur mon site, faites pas les timides.
Rest- Thunders justement, le Johnny dont il est question tout au long du bouquin, comme dans celui du Marcadé (tu l'as lu?) moi je trouve que c'est quand même un sacré gars... et le jour où j'ai entendu Pipeline en live... j'ai sauté partout, le LAMF est un des premiers disques que j'ai pû m'offrir... et c'est un incontournable pour moi!!! et puis ils remettent les pendules à l'heure parce que dans le «’Please kill me’ on le traite comme une merde le Johnny jusqu'à sa mort où le narrateur du chapitre en train de siroter un alcool fort avec Willy de Ville sur la terrasse ricane tranquillement de l'événement!?
Samy- Comme je te le disais, le jojo l’éclair je l’aime bien, surtout en solo, quand il miaule sur sa guitare acoustique et qu’il nous jette à la face des bouts de son cœur en bouillie. Après, toute la légende autour de son perso’, je ne suis pas friand… il symbolise le loser classieux, le perdant magnifique… c’est pas trop le délire auquel j’accroche, même si je peux comprendre l’attirance de certains darons pour lui, qui s’identifiaient un peu à ce qu’il renvoyait, à travers ses fêlures on va dire… Il reflète bien l’époque dans laquelle il a vécu ; pour certains c’est un monstre de charisme pour d’autres c’est un étron, je ne suis dans aucun des deux camps.
« Pipeline », c’est un classique de la surf music (début des 60s, composé par les Chantays), style de zique que j’aime beaucoup (que j’ai joué avec un de mes groupes Hawaii Samurai, d’ailleurs on reprenait ce morceau), il a été repris par un pelleté de groupes, dont Anthrax, version heavy mosh ! Les marseillais Neurotic Swingers commençaient aussi leurs concerts avec ce morceau, le clin d’œil à Jojo et sa troupe est évident !
Le gros problème avec Thunders, c’est que c’était un junkie, et que forcément il s’est comporté comme une salope avec beaucoup de gens… il mentait, volait, arnaquait, profitait à tout va, un junkie, quoi, et dans toute sa splendeur, zero morale et aucune limite, tout pour se procurer de la came. Donc à ce niveau, on ne peut plus trop dire si un mec est cool ou pas, il est juste condamné, prêt à tout pour survivre. Je pense qu’il a quand même dû entuber un paquet de monde. Perso, je m’en serais méfié…
Le fait qu’il soit un modèle pour beaucoup de rockeurs, qu’il ait marqué une génération, on ne peut pas nier. Il a remis au goût du jour la rébellion et la classe des garnements des années 50s, il a ramené l’urgence et ce côté live fast, die young… mixé avec le pire des années 80s.
Tiens en parlant du Jojo, on reprend le morceau « Disappointed in You » avec ma femme, dans notre formule acoustique, Teenage Mixtape.
Rest- ‘Please kill me’ est un bon bouquin, mais c'est quand même truffé de haine, de règlements de comptes et de souvenirs sous médocs très caractéristiques de notre chère scène!? et c'est pas lié aux Etats Unis spécialement ni aux seventies, hein?
Samy- Marrant, je suis justement en train de le lire… j’avais racheté la superbe réédition de l’éditeur Allia il y a quelques années, je l’ai commencé et pour je ne sais quelle raison, je ne l’ai pas fini… je suis retombé sur le bouquin il y a quelques jours et je me le retape. Un bon bouquin, la littérature rock’n’roll typique, avec témoignages, anecdotes et racontars de bas étages. Après, pour savoir ce qui est véridique et ce qui est de la légende urbaine, pas facile… Et il y a quand même des passages assez lourdingues, et beaucoup de tronches que je ne peux pas saquer dans le tas (Lou Reed, Iggy Pop, Bowie, Patti Smith…).
Rest- Et à la fin du bouquin tu seras conforté dans tes opinions surtout pour Lou Reed et Patti Smith ! ! !...pour en revenir au Johnny, je suis pas musicien du tout mais avec mes oreilles habituées surtout au DBeat (hé!hé!) je crois quand même déceler un musicien assez exceptionnel chez Thunders?
Samy- Il a imposé sa touche c’est sûr. Mais ce n’est pas non plus ce que j’appelle un guitar hero, hein… Il a basé son style sur les gimmicks de Chuck Berry, un jeu grinçant et minimaliste. En fin de carrière, on voit quand même que le gus a d’autres préoccupations que de bosser ses gammes. Je préfère quand même quand c’est un peu plus démonstratif… et moins embué. Eddie Van Halen, tu connais ? Ahahahah…
Rest- pour Bators je suis aussi assez d'accord avec toi et j'aime bien les lords of the new church (à ta grande surprise?) a l'exception des looks et des pochettes!!!!?
Samy- Bah, quoi les look et la pochette ? Proche du délire hard rock, ça me va ! Mix de pirates (pas des caraïbes), de bikers option anges de l’enfer et de sorciers voodoos, t’as le look coco ! J’ai assisté à un concert de leur reformation il y a 7 ou 8 ans, avec un usurpateur au chant (un californien blond décoloré, complètement odieux !), et c’était pas beau à voir (ni à entendre d’ailleurs)… pathétique. Brian James, complètement ratatiné, en voilà encore un qui a pris cher ! Bon, en première partie, il y avait NRA, j’ai pas perdu ma soirée.
Rest- d'un autre côté, dans la bio de Kevin K, il y a certain mecs que je soupçonnais être de sacré connards qui paraissent plutôt sympas, comme Thurston Moore (dont j'apprécie quand même les bouquins, a défaut d'aimer la zique!) ou le mec des B52s qui passe dans sa boutique?
Samy- Ah, j’ai pas lu les books de Thurston Moore… c’est bien ?
Rest- Ouais, le ‘interior in anarchy’ est pas mal… bien illustré et il avait fait aussi un truc sur les packaging de mixtape diy assez reussi...
Samy- Je ne suis pas non plus un grand fana de Sonic Youth, j’ai quelques albums, j’aime bien leur période 90’s, plus mélodique, plus rock, leur album « Goo » m’avait bien scotché, je le réécoute de temps en temps, art work de Raymond Pettibon, le frangin de Greg Ginn de Black Flag… d’ailleurs on reprend le titre « Mote » avec the Last Brigade (sur scène et sur notre premier album). Pour le reste, il y a quand même pas mal d’écarts arty et experimentalo-noisy de pacotilles. B52s, une musique atypique, il y a quelques tubes, mais au bout de 15mn je pense que ça me rendrait nerveux… la voix certainement. Kevin a eu la chance de rencontrer un bon paquet de zicos de New York quand il bossait dans sa boutique de disques, pour lui c’est de bons souvenirs, il est fier d’avoir traversé cette époque, et d’avoir croisé des musiciens qui ont redéfinit à leur manière l’histoire de la musique rock ou pop moderne…
Rest- tout ça inclut aussi un culte de l'idole et de la superstar dans le bouquin et chez Kevin K qui me gène un peu (c'est pour ça aussi que j'avais du mal à rentrer dedans)... (pisser entre David Lee Roth et Brian Setzer ça me ferait je crois ni chaud ni froid...) ?
Samy- Perso, ça ne me gêne pas, j’ai aussi ce côté nerd compulsif, genre ado retardé qui a des étoiles dans les paupières quand il évoque ses groupes/acteurs/écrivains préférés… C’est sain d’avoir des idoles, des mecs que tu respectes, qui t‘inspirent, t’influencent aussi, jusqu’à un certain degré. Un mec qui n’a pas de rêve, c’est un mec condamné, un pisse vinaigre. Et ça fait partie du décorum du rock, c’est basé sur ça, ça ne veut pas dire qu’il faut se comporter comme une groupie… je ne te parle pas des pré ados qui mouillent leur sous vêtements devant Tokyo Hotel. C’est un autre truc. C’est juste une sorte de béquille sur laquelle s’appuyer, c’est pas des gourous, pas des dieux, ni des super héros, juste des mecs qui font des trucs qui sortent un peu de l’ordinaire (et souvent des trucs qu’on n’a pas eu les couilles de faire) et qui t’aident à te changer les idées quand c’est nécessaire. Faut garder en tête que c’est du divertissement. Même s’il y a un fond et que ça peut changer des vies. En tous cas, c’est mieux de se palucher sur Stiv Bators que sur Jean Pierre Papin. Enfin, c’est mon avis.
Etre trop terre à terre, c’est pas bon… faut relâcher la pression, des fois, faire sortir ce môme qui se cache en chacun de nous, ça peut éviter l’explosion de la cocotte minute interne.
Pisser à côté de David Lee Roth, moi ça me ferait délirer… en sifflotant Hot for Teachers, et en lui demandant de me raconter quelques anecdotes d’après concerts. Mec, faut pas avoir peur de se détendre de temps en temps… il y a des mecs qui vivent ou ont vécu des trucs que tu n’approcheras jamais, faut pas avoir peur d’écouter leurs histoires… dans la grande tradition de la communication orale… et d’en faire ce que tu veux après. Décoince toi Thierry, on sait t’es un punk, kill your idols et perlimpimpin, je connais la chanson… mais je suis sûr que sous cette carcasse de révolutionnaire énervé, il y a un cœur pur qui bat. Ah ! David Lee Roth est un cador d’escalade, pilote d’hélicoptère, il parle au moins 5 langues, danseur émérite, showman d’exception, frontman exceptionnel d’un des plus grands groupes de la planète, animateur radio, conteurs d’histoires, mélomane intransigeant, un mec hyper cultivé… Il te fait peur, c’est ça ? Avoue !
Peut être ouais ! ! ! merde il faut que je positive c'est quand même pour moi un super bouquin!!!, il cause de son New York vachement bien, on a presqu'envie qu'il en cause encore plus, les rues, les quartiers, les gens, les concerts, l'ambiance... tu peux nous causer de ton premier voyage là bas? tes sensations? le positif, le négatif aussi?
Samy- Je vais régulièrement aux Etats-Unis, mais je ne suis allé qu’une fois à New York… j’y ai passé une dizaine de jours. C’est pas une ville, c’est un volcan. C’est en ébullition, 24h/24h. Ce n’est finalement pas très représentatif du reste des USA, c’est tellement particulier, tellement gigantesque, encore plus que dans le reste du pays. Plus qu’ailleurs, c’est une ville internationale, ça brasse, des dizaines et des dizaines de quartiers différents, caractérisés par leurs propres communautés… et historiquement, c’est chargé, faut pas oublier que la plupart des immigrants sont arrivés par New York, c’est un espèce de point de départ de la culture des Etats Unis, c’est là que tout a commencé, ça a un côté symbolique… ça ne ressemble pas du tout aux grandes capitales européennes, Paris, Londres, Berlin, etc… c’est bien plus impressionnant. Le New York de maintenant est très différent de celui des années 80, plus clean, moins wild, moins rock n roll, une autre époque. Mais n'empêche, c'est quand même impressionnant...
Et New York, c’est cette ville que tu vois dans tous tes films préférés, ces taxis jaunes qui déboulent à donf’, ces bouches d’égouts crachotant de la fumée, ces putains de grattes ciel, son metro bondé, etc, un cortège d’images emmagasiné en regardant films, séries, ou même les photos promos des groupes de là bas…
Mon positif sera peut-être ton négatif et inversement… j’adore les Etats-Unis et sa culture, son gigantisme, son côté too much, ce temple de l’entertainment, c’est une usine à rêve, je m’y sens comme dans mon salon… ce que j’ai vu de New York m’a bien branché, mais il y a plein d’autres endroits que j’ai beaucoup apprécié. Pour revenir à New York, j’y étais en touriste de base, après, y habiter, je ne sais pas trop ce que ça donnerait… quand j’y suis allé, j’y ai pris ce que je recherchais, sans analyser en profondeur, comme un gosse lâché dans le rayon jouet d’une supérette… on squattait dans le Bronx, on a beaucoup marché, on a pris le bus, des taxis, vu des concerts (dont Bob Mould en acoustique, et Ginger des Wildhearts en solo dans un tout petit bar !), acheté des skeuds, des dvds, visités des shop de tattoos, des musées, mangé des pizzas, on s’est posé dans des dinner (ma grande passion !), bref on y est allé sans trop de pression. Dans ces cas là, tu y vois ce que tu veux bien y voir, c'est-à-dire un paradis pour des gars comme nous ! Mais ce qui m’a frappé, c’est que ça ne s’arrête jamais, une marée humaine, des business men, des freaks, des paumés, des vainqueurs, des perdants, des bosseurs, des fainéants, des rêveurs, des agités, des perdus, des azimutés, des prédateurs, des proies faciles, bref toutes sortes de tribus sur les mêmes trottoirs, affairés à je ne sais quoi, sans jamais faire de pause… Mais que font tous ces gens ? Peut-être que David Lee Roth a la réponse. Allô David ?
Rest- Attends il est encore coincé aux cabinets avec Setzer !
Sinon, tu circules pas mal c'est quoi tes bons souvenirs liés a la géographie? villes, cambrouse... pays, potes...
Samy- Comme je te le disais, je vais régulièrement aux Etats Unis, à chaque fois, je trouve ça génial, d’un état à l’autre c’est un délire différent, dépaysement garanti… j’ai fait une bonne partie du Sud (Mississippi, Louisiane, Georgie), le Texas aussi… et New York. L’année prochaine, je pars 6 mois là bas avec ma femme (qui est américaine) pour un grand road trip, on va essayer de sillonner tous les états, un gros projet qui me tient à cœur, je veux tout voir.
Pour le reste, j’ai fait beaucoup de route avec mes groupes, ces douze dernières années… j’ai fait toute la France, en long en large et en travers, plusieurs fois, et une bonne partie de l’Europe (Allemagne, Autriche, Suisse, Belgique, Hollande, Danemark, Angleterre, Ecosse, Espagne), je suis allé en Pologne avec Kevin K, au Canada quand j’étais au lycée, en République Tchèque en touriste, un peu d’Italie aussi… Chaque voyage est une nouvelle expérience, j’emmagasine les souvenirs… ce que j’aime par-dessus tout, c’est rouler, voir défiler les paysages, c’est le seul moment où je me pose, j’en profite pour penser, réfléchir, débrancher mes circuits internes… Après, je ne suis pas du tout dans un délire touriste, je ne suis pas du genre à partir en vacances dans des pays que je ne connais pas… il faut que ça soit dans le cadre d’une de mes activités, que j’y soit pour un truc précis. Donc en tournée avec un groupe, c’est l’idéal, j’aime pas m’encroûter, prendre en photos des monuments et écrire des cartes postales pour ma grand mère, c’est pas mon délire… quand c’est pour jouer c’est cool, tu envoies la sauce, tu fais une marche en ville le lendemain et tu t’arraches… si ça s’est bien passé, tu reviendras.
Ville ou cambrousse ? Il a de bons et de moins côtés dans les deux cas… j’aime bien quand ça brasse, mais j’aime pas trop quand on me casse les noix, le bruit, l’odeur, la pollution, des pénibles à chaque coin de rue… en cambrousse, on est peinard, je peux laisser mon côté ours polaire prendre le dessus, et c’est good pour le sport aussi, mais en ville c’est cool pour trouver ce que j’aime : cinés, librairies, skeuds, concerts, etc… mais la dégénérescence et la couardise des citadins m'interpelle de plus en plus. Et je l'a supporte de moins en moins.
Comme je le disais, j’aime pas trop me poser, un poil d’inactivité et ma tension monte, je commence à transpirer et avoir le regard de Charles Manson, quand ça arrive faut que je remonte en voiture Simone.
Celine, un bon pote à toi visiblement, disait : "Voyager, c'est bien utile, ça fait travailler l'imagination. Tout le reste n'est que déceptions et fatigues."
Rest- moi je suis un peu regionaliste (même si je defends pas la mienne de region!) tu crois que ça influe sur ta zique d'être dans une ville où le disquaire place Dinosaur JR dans le bac metal?
Samy- Ha ha ha, t’es un drôle Thierry, tu me plais bien tiens… Yep, c’est triste pour ce mec, je me dis qu’il doit être malheureux, ne pas faire la différence entre Dinosaur Jr et Burzum, moi aussi ça me donnerait presque envie de chialer, cleanex please… le man à l’air plus à l’aise dans le rangement des disques de Placebo. Cruauté du monde moderne et folie du music-business, on vit une drôle d’époque. Ceci dit, je me sens bien dans ma région, idéalement placée pour l’organisation de tournées, c’est verdoyant, vallonné, ya du relief, de la neige l’hiver, bien chaud l’été, ya des sapins, on est les premiers en tête de ligne si les allemands se remettent à déconner et on garde un œil sur les Suisses (faut toujours rester vigilant avec les pays neutres), bref, le top… Après, mon crédo c’est : si t’es bien dans ta tronche, t’es bien partout. Il n’y a cependant aucune région en France qui me fait envie, je suis bien où je suis, ça fait 12 ans que j’habite à Besançon. Le fait de bouger très souvent me permet peut-être d’apprécier à sa juste valeur le coin où je crèche. Ici j’ai mes repaires. En période plus calme niveau concerts, je n’ai pas spécialement envie de bouger, je profite des mes livres, disques et je continue de bosser sur mes trucs.
Cependant je suis à peu près persuadé que je retournerai dans le bled et les montagnes de mon enfance, à peine 8000 habitants, 1000 mètres d’altitude, peinard dans une chiche cahute avec ma femme, mes guitares, mon bordel… le fusil sous l’oreiller et le kit de survie à portée de main.
Rest- ok ! bon je me perds dans mes pensées là... je vais mater la suite de twilight... après renseignement c'est ma nièce pré ado qui nous l'a passé... et je pensais en voyant le flic dans sa caisse au début que c'était un truc genre fargo.... quel naze!!!!!
Ouf, l’honneur de la famille Alcouffe est sauf. C’est la faute de la petite nièce!


Rest- Rodez troisième jour !
Bon, match Besançon - Rodez, Samy smells terrible je continue une avalanche de questions...

on est jeudi, ce matin j'ai ecouté, enfin j'ai entendu Green Day en me levant à la radio... je préfère encore entendre Britney Spears je crois!
Samy- Yep, j’ai les premiers disques de Green Day (à l’époque sur le label Lookout Rds), je trouve ça pas mal jusqu’au « Dookie », excellent album de pop punk, classique mais une mine à tubes, et après ils se sont un peu perdus… bon je n’ai jamais été un gros dingo de ce band non plus ; en bonne bande son pour un teenage movie bien crétin, ça passe, après pas de quoi liquéfier sa culotte non plus… Britney Spears, connais pas, enfin je vois la pinbèche mais sa zique, heu, merci ça ira. Donc si tu me mets un flingue sur la tempe et que je dois choisir un des deux, je vais écouter Green Day, pas de lézard…
Rest- après j'ai branché ma platine et hop ça a été les Rationals, tu connais? vieux groupe de Scott Morgan... pas mal!
Samy-Scott Morgan, yes, encore un vieux cheyenne du rock, made in Detroit en plus, cachet de qualité s’il en est… J’ai rien des Rationals, par contre j’ai un disque des Hydromatics, où il est secondé à la guitare par Nicke Royale, des Hellacopters ouais mais surtout de Entombed ! Kevin K a fait quelques shows avec Scott Morgan, je crois…
Rest- En fait je voulais écouter un vieux live du Creedence Clearwater un pirate assez excellent mais j'arrive plus a y mettre la main dessus!
Samy- C’est con, CCR, de la bullet ! On reprend « Bad Moon Rising » avec ma femme dans notre formule acoustique (il est bien bon en effet ndrest !)… Creedence, un grand groupe, je suis toujours dans un super mood quand j’écoute ce groupe, ça n’a pas pris une ride. Les parrains du grunge ! Cheveux longs, chemises flanelles, musique simple et efficace, du rock américain, dans la grande tradition, d’une pureté absolue. Allez c’est parti…
Rest- après ça a été au tour des Barracudas "garbage dumb tapes" sorti sur l'enigmatique shakin street rds!?
Samy- Babababababaabb rararara cucucucu daaaaaaaaas…. T’as du goût mon pote !
Rest- et qui dit shakin street dit shakin street... avec fabienne shine et je me passe le every woman every man is a star... hmm souvenirs... merde du hard rock faut que je balance des questions à Samy!!!! (ça c'est passé a peu près comme ça ce matin!)
Samy- Yes envoie le Hard Rock, passe la deuxième et appuie sur le champignon Thierry !
Rest- pour l'anecdote j'avais envie de resortir un vieux Blue Oyster Cult 'fire of unknown origin' ou le premier avec Workshop of Telescopes! et je les ai plus visiblement... (d'ailleurs le son de ‘wrong girl’ de Kevin K me fait penser pas mal a ce groupe)
Samy- Qu’est ce que t’as fait de tes bonnes rondelles ??? Tu peux toujours revendre ton stock de D-beat et te racheter tous ces trésors ! Conseil de pro du pot ! Lâche le fast, et remet toi aux riffs, c’est bon pour le teint.
Rest- bon j'ai pas écouté de trucs récents... et toi? tu nous fais le 23 juillet de Samy? comment se passe tes journées et quelle place a le rock et la culture underground dedans?
Samy- Des trucs récents, heu laisse moi réfléchir… là je suis en train d’écouter une compil’ de blues (avec John Lee Hooker, Ike Turner, Howlin’ Wolf, Memphis Slim, etc), donc pour ce qui est du récent, on a vu mieux… ces derniers temps, j’ai beaucoup écouté l’australien Simon Chainsaw, son dernier album « Alpha Negra » est sorti il y a quelques mois, superbe… Steve Earl tourne beaucoup sur ma platine en ce moment, j’ai pas mal écouté le dernier album d’Heaven and Hell (Black Sabbath avec Ronnie James Dio au mic’ !) sorti il y deux mois, et beaucoup de trucs… pas que du récent en effet… les disques de Pseudo Heroes tournent bien (le groupe du gratteux de Down by Law), super power pop hyper inspirée, un super gars… le dernier Wildhearts, super bon, sorti il y a déjà deux ans, le « Holy Bible » des Manic Street Preachers… l'album de Billy gaz Station, because il fallait que j'apprenne leur set en 10 jours, donc je l'écoutais au moins trois fois par jour pour me mettre les structures des chansons dans la tronche, super album, super zique...
Le 23 Juillet, hier donc (j’ai un jour de retard mais je remonte le peloton), j’ai passé la journée en studio, à 30 kms de Besançon, en rase campagne, un super studio aménagé dans une vielle demeure dans un village (hameau ?), on finalise deux titres pour Teenage Renegade qui figureront sur un split EP partagé avec Billy Gaz Station, ça sortira en Octobre à l’occasion d’une grosse tournée de trois semaines. C’est le dernier jour, Madame Nasty doit envoyer ses parties vocales et moi je dois finir les arrangements guitares et les solos (hé oui mon bon monsieur !). Levé 7h45, ricoré (+lait+sucre), toilette rapide, une demi heure de route, on écoute une cassette de Dag Nasty dans le van, arrivée au studio à 9h15, Madame Nasty se chauffe la voix pendant 15 minutes, je m’installe dans un coin avec mon ordi’ portable et je continue de répondre à ton interview, j’ai toute la matinée peinard, c’est la mère Nasty qui doit dégommer pendant une bonne partie de la journée, je finirai mes guitares quand tout le chant sera en boîte, donc certainement les deux dernières heures de la session, j’ai le temps, jusqu’à 16h ou 17h au moins… pour moi, c’est tapotage sur l’ordi portable, puis je me chauffe bien les doigts sur ma guitare pour être brûlant quand mon tour viendra, et je reste pas loin de l’ingé son pour lui donner mon avis sur les prises chant, je lis un peu aussi (le bouquin de tour-reports « Getting There » de TV SMITH –ex the Adverts), bref je m’occupe… Viens mon tour, je fignole mes parties guitares (toutes les parties rythmiques ont été enregistrées il y a trois semaines, lors de la première session), ça dure 1h30 et tout est en boîte. Longue journée, on plie baguage à 19h15, 30 minutes de van pour rentrer chez nous, pas de zique dans le poste, on a les oreilles en vrac… checkage rapide de mails quand j’arrive chez moi, marche à pied de 40 minutes pour décompresser et nous aérer la tête (un truc qu’on essaie de faire tous les soirs, marcher sur les bords du Doubs et parlotter comme des vieux), petite bouffe rapide, il est déjà 22h30, envois de quelques emails, puis lecture au plumard sur le coup des minuits, je viens de recevoir par courrier le nouveau Rise Tattoo Magazine, pour lequel j’écris, je check ma rubrique voir ce qu’ils ont on jeté et gardé, puis je lis le mag, il y a un dossier sur le courant straight edge dans le milieu du tattoo, pas mal, puis je lis quelques pages de Please Kill Me, j’éteins la loupiote vers 1h30. Vanné, j’ai la tronche qui résonne encore des 2 titres qu’on a écouté en boucle toute la journée…
Toutes mes journées se ressemblent, j’essaie de me coucher tard et de me lever assez tôt, je bosse environ 5/6 heures par jour minimum sur l’ordi pour booker les tournées de mes groupes bien en avance (un travail chiant et très fastidieux, organisation de planning suivant l’actualité des groupes donc des sorties de skeud et de la promo du label, budgétiser les déplacements, s’assurer que tous les zicos sont dispo dans les périodes de tournée/concerts, si ce n’est pas le cas, trouver d’autres zicos, etc…), j’essaie d’écrire un peu tous les jours, soit pour mon site, soit pour des articles qui figureront dans mon zine, soit pour Rise Magazine quand c’est le moment du bouclage du mag’, autrement je m’occupe de mon site un peu tous les jours, et je réponds à quelques interviews quand on me le propose, ça prend toujours un peu de temps (comme tu peux le constater !). Je fais tout ça le matin et le soir. L’après midi, je vais à la salle de sport pendant une heure et demi ou je vais courir (environ 8 ou 9 kms) ou je vais m’entraîner à la salle de boxe (que j’ai commencé il y a peu)… après ça, c’est douche, café et je joue un peu de guitare, suivant l’actualité de mes groupes soit je répète un set d’un de mes groupes s’il y a des concerts prévus, soit je peaufine quelques compos, soit je gratouille juste pour jouer un peu… en période de taf, je vais bosser, j’ai un taf, alimentaire, à mi temps, je bosse de soirée et de nuit, pendant 3 jours de la semaine… Voilà, ça c’est les périodes où je suis sur Besançon, pour le reste je suis sur la route, en concerts, et là le planning et simple et toujours le même : route + déchargement du matos + soudcheck + attente + concert + rechargement du van + repos du guerrier, et tu répètes ça autant de fois qu’il y a des concerts sur la tournée.
Voilà rien d’exceptionnel en somme. Ma vie est organisée autour de mes activités musicales et annexes (écriture et gestion de mes activités). J’essaie de toujours avoir la tronche dans un truc, j’ai toujours un disque sur le feu, une tournée ou des concerts, un article à rédiger, etc… quand je vois que ça se tarit je remet un truc sur pied. Quand je suis chez moi, je n’ai aucune vie sociale, à part au boulot, je ne sors pas, hormis à quelques concerts bien choisis (et j’ai de plus en plus de mal), quelques cinés quand il y a un film d’horreur à l’affiche, et pour aller à la salle de sport, le reste du temps je reste dans ma turne à bosser et à préparer mes projets… je n’ai pas de TV, pas de jeux vidéos, rien qui puisse me distraire. Quand je veux lâcher la pression, je regarde un film, mais c’est rarement plus d’un ou deux par semaine, et encore, c’est quand je veux vraiment me poser… j’essaie aussi de passer du temps avec ma femme (on va marcher), il y a des périodes où on ne fait juste que se croiser… tout ça, c’est du flux tendu, c’est ce dont j’ai besoin, pour ne pas trop réfléchir et me laisser aller.


Rest- ton dernier disque acheté depuis le Dinosaur JR à Besançon c'est quoi? tu reçois, je crois, beaucoup de promos, comment tu fais pour ecouter, en profondeur tout ça... moi j'en ai, je pense, beaucoup moins et j'y arrive pas!?
Il s’est passé quelques semaines, voir un mois depuis, donc plusieurs galettes… hum, de tête, ça donne : deux disques de Steve Earl « Townes » et « Live from Austin, Tx », Faith no More « Album of the Year » (que j’avais en cassette et que j’ai racheté en CD promo pour trois fois rien), un live en Espagne de Jeff Dahl, le dernier mini album de Carcariass (un groupe de death heavy/mélodique de Besançon, groupe que je vu en live à Besançon, dans un bar, quand je me suis installé dans cette ville il y a douze ans, en 97 ! Je ne savais pas que ce groupe existait encore, je l’ai acheté pour voir ce qu’ils font maintenant, c’est produit par Buriez, ancien guitariste chanteur du groupe Loudblast que j’adorais quand j’étais au lycée dans les 90s), et j’ai acheté un lot de disques en promo (2 euros le skeud, chez un libraire !) : le premier album acoustique de mon pote Billy the Kill sorti il y a 3 ans (son nouveau vient juste de sortir sur Kicking Rds), Symbiosis (death metal technique et mélodique) et WASP (« the Neon God », pas folichon, pourtant j’adore les premiers disques de ce band, Blackie Lawless t’es la maître ! ).Voilà, j’ai pu en oublier un ou deux au passage.
Rest- t'as peut être vécu aussi des situations délicates dans ton quotidien de musicien?
Samy- Heu, pas spécialement, qu’est ce que tu entends par « délicates » ? La plupart des concerts se font dans des débits de boissons, donc quand l’heure tourne, t’as un peu l’impression d’être dans une basse-cour, et c’est pas toujours ultra intéressant. Un truc dont je ne raffole pas, c’est quand il n’y a pas de coin où on peut se poser avant et après le concerts, cette promiscuité forcée, c’est fatiguant, des fois t’as juste envie d’être peinard… c’est pas un caprice de diva, loin de là, c’est juste un peu lourdingue d’attendre dans un bar et d’être obligé d’entendre les conneries que racontent les mecs bourrés (ou les conneries de certains mecs qui n’ont pas bu, aussi !), de supporter des gens que t’as pas envie de côtoyer, en fait… comme dirait mon prof de boxe : « La nuit tous des lions, la journée tous des couillons ! » ; ça serait une fois de temps en temps, ça passe sans problème, par contre quand t’es souvent sur la route, ça peut être gavant. Enfin, on n'a rien sans rien... ça c'est mon pater qui aime bien cette phrase... Je suis derrière le merch avant et après le concert, quand je rencontre des mecs cools, ça se passe vraiment bien, ça dialogue sec, ça ricane, c’est tonique, il se passe un truc, c’est vraiment classe, par contre des fois je ne fais que subir la connerie carabinée d’une meute de crétins… et là, c’est pas glop. Ennui profond et envie de mettre des claques. Tu te demandes ce que tu fais là. Pour les situations lourdingues, c’est quand ça dérape en fin de soirée, ça peut arriver, les lourds sont bourrés et ça peut glisser… tu ranges le matos et ça se met sur la tronche, ça gueule, ça insulte, ça fait le malin… même si tu n’es pas concerné, tu es dans une atmosphère tendue, c’est pas bon. Et des fois, tu es très mal reçu, t’es traité comme de la merde, comme un vulgaire clébard abandonné, mal nourri, mal payé, pas respecté, et en plus on te prend pour un con… mais ça, ça peut aussi bien se passer dans un autre job. Et autre cas de figure, tu as fait un concert de merde, et t’as pas forcément envie de sortir la boîte à sourire, je ne bois pas d’alcool, je ne fume pas, donc si le concert était miteux, pour une raison ou pour une autre, ça me rend grognon… je me dis que je me suis tapé toute ces bornes pour faire de la merde, et là, c’est le moral qui prend. Et pis les galères, van en panne, accidents, vols, prise de tête, ça n’arrive heureusement pas trop souvent, mais faut toujours être sur ses gardes…
Voilà, c’est pas rose tous les jours, mais t’apprends à ne plus voir et ne plus entendre ce qui te prend la tête, avec les années je me suis fait une sorte de carapace, je fais mon concert, je check les gens que je connais, des fois je fais des rencontres hyper intéressantes, je me pose derrière le stand de merch et quand la soirée est finie, je suis le premier à plier baguage.
Comme dirait mon pote Ricky Rat (guitariste de Detroit qui joue avec Kevin K, ex-Trash brats, qui a également joué avec Texas Terri et Luxury Pushers) ; « Un mauvais concert, ça restera toujours mieux qu’une super journée au boulot ! ». Il n’a foutrement pas tord.
Rest- le cinoche pareil, beaucoup de passion et de temps à mater des histoires en images? t'attends quoi d'un film?

Samy- En fait je ne regarde pas/plus tant de films que ça, c’est par période… j’essaie d’aller au ciné, quand la prog’ me branche (films d’horreur seulement, ou documentaires) et je mate quelques DVDs achetés ici ou là (surtout des imports en fait) quand mon emploi du temps me le permet. Il y a eu des périodes, il y a quelques années et quand j’étais ado’, où je matais énormément de films, j’ai pris pas mal d’avance. Je suis un gros fan de la culture horrifique, je m’y intéresse depuis que je suis môme, ça ne m’a jamais quitté… quand j’étais en Fac (pas longtemps, je te rassure), j’ai tâté des trucs plus arty (nouvelle vague et compagnie) et ça ma vite saoulé, mon colloc’ de l’époque, un chouette gars, était dans ce délire, j’ai picoré, et j’ai recraché…ça m’a permis de me faire une culture très correcte dans certains courants, même si je ne m’y intéresse plus du tout, c’est toujours ça de pris…
D’un film, j’attends qu’il me distraie, rien d’autre, en règle générale, je veux de sang, du gore, des monstres, des tueurs tarés, des nanas super bonnes qui courent en slip dans un sous bois et qui crient comme des truies, de la tension, je veux des extra terrestres belliqueux, des phénomènes paranormaux, des outils de bricolage servis comme des instruments de torture, des explosions de tête, une bande son hyper hard-rock, des bestioles flippantes,… voilà, je pense que tu as compris ce qui me branche dans un film. Je veux en prendre plein la gueule, que ça soit visuel et graphique, frontal et violent, bon esprit et pas touche nombril. Bricolé ou grosse prod’, je m’en carre, faut que ça me fasse monter le bâton.
Rest- la zique, le cinoche, t'as d'autres trucs qui te branchent? le graphisme? assez présent sur ton site dans tes zines et sur tes disques?
Samy- Je suis bien branché par l’illustration en général, même si moi-même, malheureusement, je ne dessine pas… je lisais beaucoup de comics quand j’étais plus jeune, pendant mes années collège/lycée, j’en lis encore de temps en temps… je lis aussi des graphic novel, sorte de BD un peu plus mature on va dire ; pour les pochettes de mes disques je fais souvent appel à des illustrateurs, souvent des ricains d’ailleurs. Le concept de mon groupe the Black Zombie Procession (punk rock/heavy rock/horror rock) s’y prête bien… idem pour Teenage Renegade (punk rock mélo/power pop). Et c’est toujours cool de collaborer avec un mec pour l’art work, c’est une travail créatif supplémentaire dans le processus de réalisation du skeud, il y a échange d’idées, je prends contact avec lui, on échange des emails, il se passe un truc, c’est quand même une démarche un peu plus intéressante que de demander à un infographiste lambda de me faire un visuel pour un album, quoi… ça dépasse le côté purement musical. Récemment j’ai collaboré avec Ed Repka, EEE Adams, Mark Rudolph, Pat Moriarity, tous ricains, et mon pote Jean sé (français lui par contre, qui a également sorti une BD biographique sur le bluesman Robert Johnson)… des pointures dans leur discipline. Et du coup, à chaque fois, j’en profite pour faire une interview pour mon fanzine. Les illustrateurs ont toujours plein de trucs intéressants à dire, ils sont branchés musique, ciné, comics, ciné, peinture, etc, des mecs cultivés… ça aboutit forcément sur une discussion intéressante.
Vu l’univers dans lequel je baigne, l’aspect graphique est très important, c’est indissociable de ma musique. Il y a ce côté teenager, immature, auquel je tiens beaucoup.

Rest- comme Kevin K t'as sorti pas mal de disques avec tes groupes respectifs... t'en as causé longuement dans l'oreille cassée (excellente interview coucou laurent!) mais reviens y un peu, comment se passent les enregistrements, le studio, la finalisation de la galette, artwork, label... des galères, du bonheur... du boulot et du fric aussi?
Samy- Ca change à chaque fois, j’ai collaboré avec pas mal de labels, français et étrangers, le deal n’est jamais le même. Par exemple, je n’attends pas la même chose pour un album que pour un EP ou un split… mais pour un album, je veux une distribution nationale, au niveau des ventes, ça fait une différence, j’essaie toujours de produire correctement mes albums, ça coûte cher, je vais dans de bons studios, avec des ingés son qu’il faut payer, donc il me faut quand même une visibilité, même si ça reste dans une scène underground, j’essaie de faire les choses le mieux possible… il faut que les skeuds soient dispos en magasins, en boutiques indés, dans quelques distros sérieuses, en format digitaux, etc… Si c’est pour garder un stock de disques dans un carton et ne les sortir qu’en concert, ça ne sert à rien, il faut que le disque voyage un peu… Tous les disques des groupes dans lesquels j’ai joué sont quasi épuisés, et pour certains d’entre eux il y a eu plusieurs repressages, donc c’est que ça circule, ça ne serait pas le cas, je me ferais moins chier. Si tu fais de la route, les disques se vendent, avec les échanges, etc, c’est encore plus rapide.
Je gère quasi tout de A à Z, du choix du studio à la phase de l’art work. Je sors en moyenne une prod’ par année, ça peut être des albums, des maxis, des Eps, des splits… ces trois dernières années, c’est même deux prods par an. L’année dernière, c’était deux albums ! (the Last Brigade et Black Zombie Procession), cette année c’est l’album de Teenage Renegade et un split EP en octobre… ça veut dire qu’il faut que tout soit organisé au millimètre, les concerts, les répétitions et les périodes de compos… j’ai toujours été branché par les groupes à la discographie florissante, je vais dans ce sens, je ne suis pas du genre à attendre 3 ou 4 ans entre chaque album. Dans les années 60 et 70, les groupes sortaient deux disques par an, et tournaient comme des cinglés. Sans que ça nuise à la qualité des skeuds. Je continuerai toujours dans ce sens… quand tu découvres un groupe et que tu dois retourner leur discographie dans tous les sens pour y comprendre quelque chose, c’est plutôt cool, tous les disques ont une petite histoire, c’est une photographie de l’année en cours, ça correspond à une salve de concerts, etc… ça fait partie du jeu. Et autant s’amuser le plus possible.
C’est très sympa de collaborer avec des labels différents, encore une fois il y a un échange… pour l’instant, je bosse principalement avec Kicking Rds, qui représente complètement ce que j’attends d’une label indé, sérieux et efficace, on est pote, et on bosse dur pour tirer les choses vers le haut, même si c’est pas toujours facile, il y met les moyens, moi je vais sur la route, et voilà, chacun y met le max, à son échelle. J’ai collaboré avec des dizaines de petites structures, des fois juste pour une galette co-produite à plusieurs…
Ca représente énormément de travail, en ce moment je joue dans 4 groupes, avec des gaziers qui habitent partout en France (nançy, valence, nimes, angoulème, colmar, etc), ce qui veut dire qu’il faut que je connaisse 4 sets différents, que je le répète dans mon coin régulièrement, faut que je fasse attention de ne pas se faire croiser des tournées, idem pour les sorties de disques… je bosse sur tout ça au quotidien. J’ai appris sur le tas, avec mon premier groupe second rate, qui a connu un petit succès d’estime dans le circuit punk mélo/indie français, ça m’a permit d’avoir des contacts dans la scène punk rock mélo/indie/rock et d’en apprendre un peu chaque jour, en faisant à chaque fois des pas de travioles, mais en en tirant des leçons… Au niveau du temps passé sur mes projets musicaux, ça représente plus qu’un plein temps d’un taf normal… mais malheureusement ça n’en représente pas la paye. En grosse période de concerts, comme c’était le cas ces derniers mois, j’arrive à me faire du fric, mérité, via les cachets des concerts, la vente de merch, la location de mon van, les droits d’auteurs de mes chansons, etc… mais quasi tout est réinjecté dans les projets futurs, les studios d’enregistrement qu’il faut payer, les illustrateurs, l’édition de mon fanzine, réparation du matos de zique, entretien du van, création et fabrication de nouveau merch (t-shirt, etc)… et j’ai un job à côté, à mi temps, pour payer les factures.
Et parallèlement à tout ça, il faut gérer tous les sites et tout le business autour… même si ça reste à une petite échelle, il y a toujours un truc à faire… Et de temps en temps, je refais un truc, là par exemple, je monte un set acoustiques de covers avec ma femme, en duo, pour voyager plus et jouer en même temps, c’est pas mal payé, c’est facile à organiser, tu peux jouer partout… idéal pour les périodes creuses, l’été par exemple et les vacances de fins d’année… une formule idéale pour jouer dans des bars, restaurants, etc… et on voyage en couple, c’est bien. Autre délire.

Rest- la diffusion, difficile aussi... beaucoup de concerts, ça doit aider?
Samy- Comme je l’ai dit ci-dessus, les concerts, c’est super important, si tu ne fais que 15 concerts par an, je ne vois pas l’intérêt de sortir un album et de vouloir le distribuer… par contre, si tu est amené à jouer dans beaucoup de villes, autant que ton disque soit facilement trouvable… et maintenant il y a le net, c’est encore un peu différent… j’ai un merch avec toutes mes prods, quand c’est épuisé, c’est réédité par un petit label ou un autre, du coup j’ai toujours une bonne dizaine de prods sous le coude à vendre, vu que je suis souvent sur la route, il y a une bonne visibilité… toutes les prods de mes groupes ont été à un moment ou un autre épuisé, ça veut dire qu’il y a des gens qui achètent… donc j’en ressort, aucun problème. Les gens avec qui je bosse savent que si je sors un disque je vais bosser derrière, en jouant, en en faisant la promo comme je peux… le blé placé, ils le récupèrent, en tous cas on fait tout pour que ça se passe comme ça… J’ai un petit label, je sais exactement comment ça se passe, l’énergie qu’il faut mettre pour récupérer quatre sous… je suis hyper respectueux des gens avec qui j’ai bossé, ou avec qui je bosse, et généralement c’est un respect qui va dans les deux sens.

Rest- personnellement la conso de zique via myspace me gave (j'ai d'ailleurs relevé aussi quelques remarques judicieuses a ce sujet dans le bouquin!) dans le fond et dans la forme... en plus j'ai toujours pas pigé comment on pouvait télécharger les titres... t'en penses quoi toi?
Samy- Myspace, pour moi c’est un outil de travail, j’ai pas de compte perso, je ne poste jamais de commentaires sur les profils, je n’ai pas le temps de faire ça… j’ai un compte pour faire passer les infos relatives à mon site, et j’ai un compte par groupe, c’est une boite mail moderne, rien de plus, avec des vidéos, de l’image et du son, je ne suis plus obligé d’envoyer de colis promos aux organisateurs etc, quand je démarche pour les concerts, je met le lien, et basta, le mec écoute nos ziques, voit quel est notre univers, les tronches qu’on a, les structures avec lesquels on collabore, il voit les concerts qu’on joue, et il décide si ça lui plaît ou pas, ça ne va pas plus loin que ça…
Je n’ai pas envie de disserter sur ça, pour moi ça ne représente rien, c’est comme les phones portables, le GPS, et compagnie, c’est pas obligatoire à l’émancipation de la race humaine, c’est évident, mais bon pour ceux qui bossent dans certains secteurs d’activités, c’est un outil de travail… quand j’entends ou je lis des groupes (en intw) se la raconter en s’opposant à myspace et cie, ça n’a aucun sens, bien sûr que ça sert à rien, et que c’est une usine à biffetons, qu’il y a des crapules derrière… tu parles d’une revendication et d’une découverte ! Si c’est le seul moyen qu’ils ont trouvés pour se démarquer de la masse…
Je m’en sers comme je me sers d’une photocopieuse, d’un téléphone et d’un scanner… « le téléphone c’est de la merde, France Télécom, c’est des pourris »… ou alors, « fuck les voitures, Peugeot c’est des capitalistes »… sans dec’ ? T’imagines sortir des conneries pareilles ? Ben avec myspace, ça en revient au même… putain les enfantillages… et finalement ces mecs, il sont comme tout le monde, ils ont un ordi portable, des baskets fabriquées en chine, des guitares américaines et regardent la TV. Toquards ! Vous n’avez pas trouvé mieux comme cheval de bataille que myspace et toutes ces futilités ? La gueule de la contestation ! On va aller loin comme ça… jusqu’au grand soir, peut-être bien.
Je n’écoute jamais de zique sur mon ordi, j’ai des centaines de LPs, des CDs dans tous les sens, des EPs, des cassettes, tu crois quand même pas que je vais me faire chier à graver des Cd-R et à écouter des groupes sur myspace ?
Me demander mon avis sur myspace c’est comme me demander mon avis sur les I-pod, on s’en tape, ça ne fait pas avancer le schmilblick, c’est naze d’écouter de la super zique en format mp3 dans une espèce de boîte d’allumettes du futur, on est bien d’accord, sauf que ça me dépanne quand je me casse de chez moi, ça prend pas de place et je peux mettre quelques dizaines d’albums dessus, quoi de mieux ? Avant c’était les walk-man, après ça ne sera chez pas quoi, mais il y aura un truc… ça m’empêche pas d’écouter des bonnes vielles rondelles chez moi sur ma chaîne, et de continuer à acheter des disques. Et bien c’est pareil pour myspace, c’est juste un moyen de communication à la con, ça fait gagner du temps, surtout quand c’est utilisé de cette façon, faut prendre les bons côtés, mais ça m’empêche pas de discuter en vrai avec mes potes, de les appeler, de leur écrire des emails ou même des vraies lettres… Il n’y aurait que ça comme problème sur cette foutue planète, je t’accorderais bien 1 minute pour en voir les mauvais côtés, mais là, ça va, on s’en tape. Je ne suis pas un freak de technologie, je n’ai jamais traîné mes guêtres sur msn, je n’ai pas de profil facebook, pas de compte twitter, je ne vais absolument jamais sur les forums, bref tout ce cirque ne me concerne pas.
Rest- revenons à la vraie zique et au bon son! je me souviens de l'histoire avec la gibson de alan repeinte en jaune qui a souffert du choc thermique dans les soutes... super anecdote! t'as quoi comme gratte... là aussi c'est important pour toi?
Samy- Non, pas tellement, c’est un outil de travail, aussi, en quelque sorte… je ne suis pas un mordu du matos… je ne suis pas un fétichiste de l’instrument… depuis 5 ans, sur scène je joue uniquement sur Fender, modèle Stratocaster, tu sais cette guitare que tous les pépés utilisent pour jouer du blues rock de baluchard, mais je les adore, super confortables, et polyvalentes. J’en ai deux, un modèle deluxe et un modèle standard, made in USA, faut quand même pas déconner, ah ! J’ai également une Gibson Les Paul Spécial, qui ressemble beaucoup à une Junior, c’est ma première « vraie » guitare, achetée quand j’étais au bahut, je ne la joue qu’en studio. J’ai joué pendant plusieurs années (avec Second Rate) sur une Rickenbecker, bien pour la power pop ou le punk rock en son crunchy, mais dès que tu veux corser l’histoire, c’est plus le bon outil. C’est joli, mais pas très précis, et c’est une guitare rythmique. Revendue. J’ai une Takamine en guitare acoustique, modèle Jimbo, avec une énorme caisse de résonance, stylée country. Cà fait un sacré bail que je l’ai. Achetée d’occase à un bizarre, très certainement volée à l’époque, d’ailleurs. Et j’ai 2 basses, modèles Fender Precision, une ricaine et une mexicaine. Autrement, il y a bien longtemps, j’ai eu une Gibson SG, je déteste ces guitares, revendue, et plus récemment une Gibson Explorer, que j’ai refourguée il y a peu. Tu vois, on est loin du collectionneur tremblotant.

Rest- j'ai vu que tu faisais du sport... t'es fou? remarque moi, je mange 5 fruits et légumes par jour...
Samy- Yep, je fais pas mal de sport… j’avais arrêté pendant un bail puis je m’y suis remis, à donf’, en même temps que j’ai arrêté l’alcool et le tabac (il y a un peu plus de 4 ans). Et ça fait environ 12 ans que je suis végétarien. Je suis straight, quoi. Niveau sport, suivant mon emploi du temps, j’essaie d’aller 2 à 3 fois à la salle de sport par semaine, je vais courir 2 fois par semaine et je viens de commencer la boxe. Quand je suis sur la route, je fais pas mal de pompes, tractions et compagnie. Ca me fait rire, et ça fait rire les autres aussi, c’est bien tout le monde s’amuse. Je marche énormément, aussi, j’adore ça. Seul ou avec ma femme. Question décompression, c’est le top.

Rest- juste un mot supplémentaire... je connaissais pas kevin k... j'ai écouté et réécouté le CD plusieurs fois ces jours ci en lisant le bouquin (que j'ai fini hier après avoir maté twilight ah!ah!) et c'est une sacré bonne découverte pour moi!
Samy- Ca me fait plaisir, merci. Déjà c’est très cool de l’avoir commandé, et lu. Si tu y as trouvé ton compte, c’est parfait. Comme je te l’ai écrit dans mon petit mot accompagnant la commande, c’est sans aucune prétention, un petit bouquin qui se lit vite et qui s’apprécie facilement. C’est une histoire simple et basique de rock’n’roll, mais du vrai, raconté par un vrai, un mec au coeur pur qui croit qu’il a perdu mais qui a gagné beaucoup plus que la plupart des idiots qui nous entourent… un mec qui a vécu, vu et entendu des choses, des belles et des moins belles, un mec de plus de 50 piges qui est encore dans la fosse aux lions. Voilà, rien d’autre. La terre ne s’arrêtera pas de tourner. Une belle histoire, toute simple, des souvenirs attachants, et des anecdotes qui font sourire. En tous cas, à un niveau personnel, je suis content d’avoir modestement participé à la sortie de ce bouquin, et c’est le principal.

Rodez quatrième jour ou cinquième, va savoir ?
Rest- bon aujourd'hui c'est dimanche alleluhia j'ai écouté anti cimex (ah!ah! on se refait pas!) the fall, six8 et ce co**ard de lou reed dont on causait avant hier... mais juste un peu hein, un live de 72... et le morceau ‘I m waiting for my man’ plus de 7 minutes et je suis encore debout! j'ai dégusté quelques m'm's en feuilletant le dernier rock'n'folk! tu lis rock 'n'nfolk? tu devrais! il y a une chronique de kevin k et son dernier disque "deutschland" je sais pas ce qu'ils ont tous a focaliser sur berlin lou reed encore et toujours, iggy et bowie dans le creux de la vague (quoi que j'ai lu que kevin était un inconditionnel du blah blah de l'iguane, CD que j'ai suspendu depuis longtemps au cerisier pour eloigner les oiseaux gourmands)... Berlin... un des endroits evidents où je trouverai la corde... pour me pendre... pas besoin d'être longue en plus je suis grand!? attention si je me lâche les questions vont être plus longue que tes réponses!!! ah!ah!
Samy- Ouais ces vieilles mules me font chier aussi… le « Fun House » des Stooges, c’est tout ce que je sauve. Lou Reed, grosse tête à claques, Bowie encore pire, Iggy Pop, surestimé. Je respecte le mec de scène, mais le reste, j’ai beaucoup de mal. Et ses disques en solo, dur dur.
Dimanche 26 juillet, j’ai 32 ans, aujourd’hui ! Qu’est ce qu’on dit ? Tu m’as acheté un cadeau… ? ô fallait pas Thierry…
Rock’n’Folk, j’ai lu ce mag en diagonale il y a quelques années… il y a bien 5 ans que je n’en ai pas ouvert un… je ne peux pas saquer les vieux hiboux de la rédaction… après je suis sûr qu’il y a certainement un ou deux articles intéressant à lire. Je ne lis plus du tout de presse musicale. Quelques zines, that’s all, autrement j’achète Mad Movies tous les mois pour le ciné de genre/horrifique, niveau presse ça s’arrête là.

Rest- et puis ya dinosaur jr dans rock'n'folk si si juste à côté de mickael!!! par contre aucune remarque sur discharge!!!!!? sacré phil!
Samy- Ya pas David Lee Roth en poster central ? C’est scandaleux !

Bon t’as l’air d’avoir la pêche...faut que je te mette K.O là on a pas causé de politique!!!!
Samy- Oh tu fais chier… tu veux pas plutôt garder tes question de politiques à deux roubles pour les gaziers qui font des zines sur la scène d-beat, ils savent bien répondre eux, même qu’ils répondent tous pareil… ahahahah… ch’uis pas raciste, ch’uis pas sexiste, ch’uis pas spéciste, ch’uis pas dentiste, j’ai bon, là ?
Rest- euh c’est l’asphyxie je vais m’évanouir, au secours qu’est ce que j’ai fait pour mériter ça ?
Samy- sarko pas gentil, l’état oppresse, j’aime faire du vélo avec mes copains, du pâté végétal avec ma copine et surtout l’argent c’est pas bien, enfin quand même, quand mes parents m’en donne un peu pour mon anniversaire, heu, ça dépanne… Ca va, j’ai toujours juste ?
Rest- allo les pompiers venez vite le mec de Rest est tombé raide, c’est la faute à Samy !
Samy-le hardcore à la vie à la mort, et pis quand ma meuf aura pondu, peut-être que je passerai à autre chose… do it yourself tatoué sur le front, comme le svastika de mon pote Charlot Manson !
Huuuuuuuuuuuuuu ! je te trouve assez virulent sur le coup... et assez expeditif! je m'y attendais en fait! ça m'apprendra tiens!...
...et puis tu m'as chambré sur le D Beat mais dis moi la scène hard rock, metal et tout le tralala c'est pas un peu sexiste ce milieu là, hein? et puis ya bien des attitudes et des mecs pas très clairs hein? et je te parle pas de ceux qui mettent des messages quand on écoute le disque à l'envers... alors c'est quoi ton analyse... attends je vais chercher une boite d'aspro... c'est bon vas y!!!!?

Samy- Ouais, le metal c’est l’enfer, une meute de bizarres peu respectueux des grands parents et de leurs traditions, des méchants et des salauds, ils pelotent le cul des gonzesses aux concerts et ils rigolent comme des marsouins, ils se versent des grandes canettes sur la tête, sortent leur teubes et font l’hélico… oh putain, le cauchemar… ils disent des gros mots, ils aiment pas le rap et pas le reggae, ils se maquillent et font les cons dans la neige, le black metal c’est le top, mais c’est moins bien que le heavy des familles. Voilà Thierry. T’en veux encore ?
Rest- Attends, j’essuie quelques gouttes de transpiration sur mon front de quadragénaire DIY…
Samy- Je suis un nazi parce que j’adore Johnny Ramone et que Strummer me fait ni chaud ni froid, le Clash pareil, c’est la ronflette assurée, les Ramones sont les rois, et de loin… des attitudes pas claires sur ma discothèque et ma bibliothèque, carrément, et toi t’es clair ? Moi je sais pas… c’est quoi la clarté ? Et pis je lis des auteurs ricains qui sont conservateurs, et des auteurs européens aussi, des vieux qui sont morts qui écrivaient des trucs un peu tordus, et même qu’il y a pas mal de zicos dans la scène punk ricaine que j’aime bien qu’ont pas voté pour Obama, oh les saligauds, c’est con, hein, et les acteurs, hein, les acteurs, je t’en parle même pas… putain et tous ces bouquins, ces auteurs, on a dû lire les mêmes en plus, et putain merde, mais ya plein de mecs un peu réacs et conservateurs qui ont eu des vies de folie, mais je dois pas aimer parce qu’après je suis un nazi ? Ah bah c’est con… et merde de merde, chez les blackos, c’est la même histoire, tous ces bluesmen géniaux qui peuvent pas saquer ces blancs, et Chuck Berry, super génial guitariste, il a du mal avec les 7 nains de blanches neiges, James Brown, le roi, idem, et la liste est longue… Je peux pas les écouter non plus ceux là ? Thierry aide moi ! Putain personne peut se blairer alors, c’est ça ? Tout le monde se déteste, sans dèc’ ? Le monde est foutu ? On m’a menti au catéchèse ? Et nous on fait quoi ? On peut pas écouter les groupes qu’on a envie ? Ni les blancs, ni les blacks, ni les gauchistes, ni les conservateurs, ni les cinglés, et pis la religion, tu veux qu’on en parle aussi ? Ni lire les auteurs qui nous font du bien là où ça fait mal ? Les films, putain, merde, j’ai la tête qui tourne… Bon, ben je vais relire des zines de d-beat et p’tet qu’ils vont m’expliquer ce que je dois faire et ce que je dois penser, alors…
On rigole, on rigole, mais pendant ce temps, mon vinyle de Pierced Arrows ne va pas se retourner tout seul !
Ah, et les messages inversés, carrément que j’y crois, si tu joues à l’envers le « back in black » d’AC/DC, tu peux entendre Bon Scott lâcher une caisse en sortant de table… petit souvenir avant qu’il ne boive trop de Gatorade et qu’il tire sa révérence.
Rest- moi, j'ai un discours nettement plus nuancé et pourtant je suis souvent passé pour un apolitique! remarques, il y a des sujets dont je me foutais complètement il y a quelques années comme l'homophobie ou le sexisme et qui font, c'est vrai, plus partie de mon quotidien aujourd'hui...
J'ai toujours eu envie de gueuler contre les rapports de forces (et la répression!) entre les petits et les gros à n'importe quel niveau que ce soit! je cultive aussi beaucoup la différence... et ça s'arrange pas en vieillissant!!!
Je crois qu'il faut pas généraliser... il y a des abrutis partout en tout cas moi dans la scène punk radicale j'ai quand même trouvé des contacts riches et intéressants... et puis tu vas me griller avec tes conneries ah! ah!
Samy- tu trouves ça trop craignos ? enfin bon, si les mecs lisent ça au premier degré, c'est quand même grave... moi j'ai pas de recul, ça me fait marrer.... en ce qui concerne le sujet, je ne me considère pas du tout comme apolitique, c'est juste que quand tu commences à parler politique avec des mecs et que tu sors du délire des 4 slogans qui vont bien, on commence à te regarder bizarrement... je pense que globalement on a les mêmes idées sur pas mal de choses, après c'est dur de parler politique dans une interview, et j'ai pas de bon exemple qui me vient en tête en ce qui concerne la collision de l'univers de la musique et de la politique... pour moi, l'acte politique suprême c'est de choisir sa vie, les tenants et les aboutissants, ou du moins essayer... se tenir à une sorte de morale perso', respecter les autres si ils te respectent, etc... On vit dans une société très complexe, les problèmes inhérents à cette société sont tout aussi complexes, essayer d'en trouver une solutions avec 3 pauvres slogans éculés, ça vaut rien. Et baragouiner toujours les mêmes trucs, des idées qui claquent bien sur papier (mais plus dur à appliquer au quotidien) dans un zine qui de toute manière ne s'adresse qu'à une certaine tranche de lecteurs, je vois pas trop l'intérêt... c'est pour ça que j'aime les interviews où on tchatche de trucs "culturels" (surtout ne pas oublier les guillemets), ça peut être une preuve d'ouverture, de curiosité, de soif d'apprendre, d'intérêt pour plusieurs délires, la musique, le ciné, la littérature, venus de tous les coins de la planète, joué ou écrit pas des mecs aux profils différents... enfin, c'est comme ça que je vois les choses...

REST- j’avais noté ton goût prononcé pour le gars Henry Garfield aka Rollins avec ma haute voltige politique je pensais t’envoyer dans ce jeu là aussi ?
Yep, le Roro ne me laisse pas de marbre, c’est sûr… après le lien avec ta question précédente, je ne vois pas… il n’a jamais trop mis un côté politique chiant et relou en avant… son truc c’est plutôt lui contre le reste du monde. Et cette vision un peu nihiliste et misanthropique a beaucoup évolué avec les années. Le gars a évolué.
Ce qui me soule dans le discours politique de base ayant trait à la scène punk/hardcore, c’est que les thèmes brassés sont évident, on n’a même plus besoin de revenir dessus… un discours de sourds pour des sourds, ça sert à quoi de gueuler les mêmes trucs encore et encore quand tu joues dans un squat devant des gens qui penses plus ou moins la même chose que toi… ??! J’aime la musique et les belles histoires, il y a des groupes que je respecte car ils ont emprunté des chemins différents, d’autres que j’aime parce que j’aime leur musique tout simplement et j’aime leur manière de faire.. Je m’intéresse davantage aux individus qu’aux concepts politiques. Pour moi la vie d’un mec m’en dit beaucoup plus que le bulletin qu’il a glissé dans une urne. Putain Thierry, tu me comprends ou bien ? T’es pas naze à ce point quand même ?
J’aime les gaziers qui ont des vies remplies et qui ont fait des choix à un moment ou à un autre… qu’un mec qui bosse 8 heures par jour dans un boulot à la con (pour lequel il a eu ses beaux diplômes) me saoûle avec des évidences, je m’en tape… le mec ne me fait pas rêver, parler de racisme, de capitalisme, de sexisme et de tout un tas de conneries qui sonnent bien autour de quelques bières sur une terrasse de bistrot, j’en m’en contrefout, je veux du concret ! Ma politique, c’est choisi ta vie, certains peuvent plus et mieux choisir que d’autres, c’est sûr, mais ça j’y peux rien… Faut faire au mieux pour toi et tes proches, après, on changera jamais la planète… Et chacun à une idée précise de comment il doit faire pour que ça se passe bien pour lui et ses proches, tu vois, il n’y a pas une seule règle pour tout le monde, et heureusement… laissons les gens se démerder… Bouffe ton voisin s’il te fait chier, invite le à boire une ricoré s’il est cool, et croque la life, bon sang ! Ce que j’aime chez Rollins, c’est tout ça, c’est sa discipline, son côté hyper productif, hyper actif, et il rebondi, il touche à tout, il vit son truc dans le rouge, il ne tient pas en place, il emmerde les grincheux et les pisse froid, il bouscule, il ne rentre dans aucune case… un tank humain. Son postulat est simple, au départ rien ne le prédestinait à être musicien, écrivain, animateur radio et tv, etc… il a tout appris sur le tas, si lui peut le faire, tout le monde peut le faire, c’est sa vision des choses. Coolos ! J’aime son côté intransigeant et son délire un esprit sain dans un corps sain. J’ai lu tous ses livres, j’ai écouté ses spoken words, j’adore Black Flag (avec lui au chant, la meilleure période, et de loin, et ne vient pas me faire chier avec les premières années de black flag, hein ! C’est de la crotte de marmotte en comparaison) et Rollins Band, je vais assister une fois par an à ses spoken word quand il est de passage en Europe, j’écoute son émission radio, bref je suis de près ce qu’il fait… j’aime bien le gars, c’est tout. C’est pas le seul. Pour moi le maître c’est Johnny Ramone, je suis également un gros fan de Buddy Holly. Dans un autre registre Glenn Danzig, c’est le chef… Ben Weasel, aussi… il y en a plein d’autres… des grands et des solides ! Et surtout qui ont des grandes gueules et qui s’en servent à bon escient!

Rest- bon maintenant que je t'ai converti au hardcore scandinave... tu vas me faire part de tes projets pour l'été? me dis pas que tu vas encore partir dans les relais et châteaux avec ta nenette!!!? plus sérieusement c'est quoi tes projets?
Là je suis dans mes montagnes, en mode replis, pour être peinard, pour pas qu’on me casse les noisettes. Je bosse avec la mère Nasty sur le set acoustique, dans 15 jours on se casse à Chamonix pour une semaine de concerts en duo… Je marche beaucoup, quelques joggings, du sport quoi, j’en profite pour lire des books et des graphic novels que j’ai achetés cette année et que j’ai pas encore zieutés… j’écoute beaucoup de blues, un peu de country, du metal et de la power pop des 90s… je réponds à tes questions, ça prend du temps… j’en profite aussi pour aller voir ma grand-mère, elle est âgée, et elle est comme moi, elle ne comprend pas beaucoup tous ces gens et toutes ces choses qui l’entourent… elle à un nouveau petit chaton, elle m’a dit que ça lui tenait compagnie, qu’elle l’adorait… je bosse également d’un œil sur mon prochain zine qui doit sortir en Octobre, j'ai déjà reçu quelques interviews, ça va être cool, et je prépare une nouvelle update de mon site… je cale quelques concerts pour la rentrée… je bosse sur un nouveau modèle de t-shirt pour un de mes groupes... la routine... je continue le biz.

et puis une sur kevin k et ... peut être sur toi? dans son bouquin le looser raconte plusieurs fois... cette fois là je pouvais partir jouer en tournée avec un tel j'y suis pas allé... j'ai rencontré un autre je l'ai pas suivi... moi c'est pareil je pouvais suivre christine plus à l'ouest... je serai quoi là hein, moins looser…
en conclusion, le truc qui claque et qui parfois fait chialer... t'es comme moi et kevin K, t'as l'impression qu'un jour t'a raté le bon wagon... refusé un deal qui aurait changé ta vie... ?
Boy’s don’t cry mon pote… quand t’as envie de verser la larmichette, « Chante, chante, danse et mets tes baskets, Chouette c’est sympa tu verras »… positive mental forbans attitude.
Je suis désormais trop vieux pour croire au Père Noël mais encore trop jeune pour faire le sage… je me contente de mettre des souvenirs dans la besace, je trierai et en tirerai des conclusions dans quelques années… vivre ma vie comme j’en ai envie, éviter au maximum la populace, me jeter des challenges à la face et essayer de les surmonter… si je peux faire des trucs nouveaux de temps en temps, je ne crache pas dessus, histoire de ne pas faire trop de surplace… j’ai jamais attendu quoi que ce soit, donc dans ce cas là, il n’y a pas beaucoup d’illusions et encore moins de désillusions, tout est bénèf’… la vie que j’ai, j’en suis globalement satisfait, je suis toujours en mouvement, et c’est ça l’important… je fais mes petits trucs dans mon coin, ça me permet de voyager, de rencontrer des gens cools et d’apprendre des choses, bref la vie, quoi. Je suis pas mieux qu’un autre, ha ça non, mais quand je regarde autour de moi, je me dis que pour l’instant je ne m’en suis pas trop mal tiré… je ne me suis jamais mis dans des situations trop délicates, et j’ai réussi à conserver une liberté d’ado, c'est-à-dire que je trace ma life, avec ma femme à mes côtés, avec de la musique plein la tête, des bouquins au pied de mon plumard et des idées dans la tête qui n’attendent que d’être concrétisées, en musique ou ailleurs. Bref, pas de quoi se sectionner les poignets. Et ce n’est que le début, j’ai pas l’intention de freiner la machine dans les années qui arrivent. Ch'uis encore un jeunot... young 'till I die!
Take care Thierry, et pense pas trop à la Christine.