EveryDay Is Like Sunday Now It's Dark PODCASTNastyMerchNastyMerch

INTERVIEW NASTY SAMY pour le fanzine TORTURE OCULAIRE (Janvier 2010)

Interview publiée dans le fanzine TORTURE OCULAIRE (zique, films de genre et BDs), en Janvier 2010.

1) Yo Nasty Samy ! En guise d'éternelle question de présentation, pourrais-tu simplement nous énumérer les groupes dans lesquels tu as officié et leurs différents trips musicaux, qu'on pleure un coup ?
Ne pleure pas fiston, garde le sourire ! J’ai joué de la guitare dans Second Rate (punk rock mélodique), de la basse dans Hawaii Samurai (surf music/rock vintage), de la guitare dans Lost Cowboy Heroes (punk rock’n’roll/power pop), de la basse dans Hellbats (pendant 1 an seulement, crossover punk-metal), et je joue actuellement de la guitare dans the Black Zombie Procession (heavy/punk rock moderne) et Teenage Renegade (pop punk musclée avec chant féminin), et de la basse dans the Last Brigade (grungy rock 90’s style) et occasionnellement de la basse dans Billy Gaz Station (mix de rock 70s et 90s). Je joue également en acoustique dans une formule en duo avec ma femme sous le nom de Teenage Mixtape, quelques concerts de ci et de là (uniquement des covers qu’on adore, puisé dans notre collec’ de disques). Et je vais jouer de la guitare et de la basse dans Black City Babies sur le prochain mini album (en studio seulement).
En parallèle à tout ça, je gère le site et le fanzine Everyday is like Sunday (www.likesunday.com), le podcast Now It’s Dark (http://nowitsdark.podomatic.com) et le site Nasty Merch (www.nastymerch.com). Ah, et j’écris aussi dans le magazine RISE TATTOO MAGAZINE (rubrique ‘Skeleton in the Closet’).

2) A quel âge as-tu appris à jouer de la gratte ? De la basse ? Quels sont les groupes qui t'ont donné envie d'être musicien ? La musique, ça a toujours été ton gros délire ?
Wow… je dirais vers 16 ans… j’étais en classe de seconde si mes souvenirs sont bons… à partir du moment où j’ai eu ma première guitare, tout a commencé à déconner, ahhaah… j’ai redoublé, me suit fait remercier par deux bahuts et j’ai monté mes premiers groupes avec des potes… en fait, au départ, je voulais jouer de la basse. Mon père m’a payé une guitare acoustique (vraiment dur à jouer !) me disant que si j’arrivais à me motiver pour jouer dessus, je pourrais ensuite jouer de la basse, du coup j’ai bien aimé, et je suis resté à la guitare… j’ai payé ma première guitare électrique et mon ampli en allant bosser avec mon père dans les bois le week-end (il était bucheron/ouvrier forestier à l’époque). Pour la basse, beaucoup plus tard… La première fois que j’ai joué de la basse c’était pour une mini tournée de Second Rate, un peu malgré moi il faut l’avouer… la femme de notre bassiste de l’époque venait d’accoucher, impossible pour lui de partir sur la route à cette période, je l’ai remplacé au pied levé, pour une formule à l’arrache du groupe, pour seulement 3 ou 4 dates dans l’Ouest de la France… j’ai appris 6 morceaux dans le van en direction de la première date du tour et on s’est lancé, ce fut un peu chaotique mais ça reste un bon souvenir. Et ensuite j’ai joué dans Hawaii Samurai, en remplacement d’un premier bassiste. Puis j’ai enchaîné les collaborations… J’aime bien la basse, contrairement à ce que l’on peut croire c’est très différent de la guitare, c’est très physique, c’est un instrument qui se joue coude à coude avec le batteur, c’est une bonne sensation…
Les groupes qui m’ont donné envie d’être musiciens, je dirais des trucs de metal que j’écoutais quand j’étais au collège… Metallica, Megadeth, Sepultura, des trucs de thrash et de heavy, quoi… du hard rock, comme Guns and Roses, WASP, Twisted Sister, AC/DC, Motley Crue, the Cult, Iron Maiden, Alice Cooper, etc…des groupes death metal, des trucs bien old school comme Entombed, Carcass, Gorefest, Bolt Thrower, j’écoutais pas mal de trucs français dans ce style comme Loudblast, Crusher, Massacra, Supuration, etc… puis des trucs de punk rock plus ou moins mélodiques (dont les inévitables classiques, genre Ramones, Dead Kennedys, les Clash, Buzzcocks, que m’a fait découvrir mon père !) et de la scène indie de l’époque, du hardcore, du crossover, des trucs qu’on découvrait sur des VHS de skate de l’époque (je fréquentais quelques mecs qui étaient dans ce délire, ils faisaient tourner les videos, c’était good !), du grunge (qui cartonnait au début des 90s, impossible d’y échapper, j’adorais -et écoute toujours- Soundgarden, Alice in Chains, Mudhoney, Dinosaur Jr, Screaming Trees, Nirvana, Gruntruck, etc…). La fin des 80s et les 90’s furent une période dorée pour le groupes à grosses guitares, tout style confondu… Et j’ai affiné mes goûts en vieillissant et en rencontrant des potes… C’est grâce à mon père que je suis tombé dans la zique… il écoutait beaucoup de rock et de punk, pas mal de rock anglais aussi, quelques trucs pops, avec lui j’étais dans un environnement musical très riche et de bon goût… J’ai été exposé à la musique très jeune et j’ai toujours eu une volonté de creuser et de découvrir de nouveaux trucs dans les styles de ziques que j’aimais, du hard rock au punk rock, pour schématiser. J’ai toujours côtoyé des potes qui étaient branché par la zique, on s’échangeait des cassettes, on se faisait des compilations, puis quand le format CD est arrivé, on achetait des trucs à plusieurs…. Puis plus tard, c’est la découverte des fanzines et de la scène rock underground qui a continué de nourrir mon appétit pour la bonne musique.

3) Avant l'aventure Second Rate, dans combien de groupes t'es-tu fait les dents (et les mains) ? Ca ressemblait à quoi ? Comment ça s'appelait ? Vas-y, raconte nous tout !
Dans 3 groupes. Des trucs pas très sérieux. Juste du fun entre potes. Mon premier groupe, je l’ai monté en classe de première au lycée, on faisait des covers de metal et de hard core bourrinos (Slayer, Suicidal Tendencies, Leeway, Sepultura, Pro Pain, MOD, etc, des morceaux beaucoup trop durs à jouer vu notre niveau de nazes, ahaha !) on répétait une fois le week end (samedi après midi) et on jouait où on pouvait, pas très souvent en fait… à la fête de la zique, dans un bar de notre ville, à la fiesta du lycée, dans des teufs organisées par des potes, bref dans ce genre de plans… ça a duré 2 ans, en dilettante, on apprenait à jouer et on prenait ça très légèrement, c’était surtout l’occaz’ de se retrouver dans un local, boire quelques canettes, discuter musique, raconter des conneries et jouer un peu… ça a été une bonne école, j’écoutais pas mal de disques et je jouais dessus, j’apprenais les riffs, les gimmicks, tout était bon à prendre… Ce groupe à eu 2 noms : Catharsis (bien avant les éponymes ricains !) et Shock Proof… On a écrit 3 morceaux après deux ans de covers puis on a monté un autre groupe (changement de personnel obligatoire) où on ne voulait faire que de la compo : ALEWD… ça a duré un an seulement… là, c’était un peu plus ambitieux, trop même, dans le sens où on jouait un style de musique qu’on maîtrisait mal, du metal original, assez technique mais pas très bien joué… l’erreur de beaucoup de jeune zicos qui ont les yeux plus grands que le ventre… on a enregistré une k7 demo 4 titres (qui sonne vraiment mal), c’est ma première expérience « studio », c’était aux alentours de 1995/96… vraiment pas terrible mais ça m’a motivé à en faire plus et mieux… On a enregistré dans un local avec un mec qu’on connaissait et qui débutait dans la prise de son, sur un multipiste basique… je dois encore avoir une copie de cette demo… puis j’ai répondu à une annonce d’un groupe de Besançon (ville dans laquelle je venais d’arriver pour mes études) qui cherchait un guitariste, on a monté un groupe, un trio du nom d’Unduly, du punk rock plus ou moins mélodique, avec une touche de post hardcore, avec chant crié et dans un délire DIY… j’étais à la fac (mais je me demandais bien pourquoi!) … On a fait une petite quarantaine de concerts, c’est là que j’ai commencé à faire mes premières distros, mes premiers petits zines/news-letter, que j’ai eu mes premiers contacts dans la scène punk-hardcore-indie… le groupe a duré presque 2 ans puis on a fondé un autre groupe avec le batteur : Second Rate. Et c’est à partir de ce groupe là que les choses « sérieuses » ont vraiment commencé… Nous savions davantage ce que nous voulions faire…

4) Il semblerait que tes 1ère années au service du Rock N' Roll étaient plutôt "wild", non ? Tu pourrais nous raconter le truc le plus dingue que t'ais fais ? Ton souvenir le plus barré lors des tournées ? "Sex, drugs and rock n' roll" c'est une légende ou pas ?
On s’est bien marré, c’est sûr… les années Second Rate étaient particulièrement agitées, c’est certain…pour nous tous c’était notre première « vraie » expérience sur la route donc on se lâchait et on en profitait… on sortait tous de nos campagnes, la vraie vie commençait, on était là pour croquer dans le gâteau ! On n’était pas toujours très respectueux des bonnes manières, et avec du recul il y a quelques trucs que j’ai fait ou dit à l’époque dont je ne suis pas très fier… enfin bon, quand tu es jeune et fougueux, il y a des moments où tu ne te sens plus trop pisser… Des trucs dingues, il y en a eu, et pas qu’un peu… et sur pas mal de niveaux… on était plein d’énergie et de folie ! On va dire que maintenant je suis un peu plus rigide et surtout que j’ai un peu plus de recul sur tout ce délire rock and roll. Je n’ai pas la même approche de tout ça, je ne mène plus la même vie, j’ai 32 ans, ça fait maintenant environ 12 ans que je tourne, j’ai vite compris qu’il fallait que j’aie une certaine discipline si je voulais continuer de faire ça (surtout dans les conditions dans lesquelles je tourne!). Je continue d’être un max sur la route (même plus qu’à l’époque). Cependant, je n’ai jamais été dans l’excès (à part peut-être sur certaines tournées, ahah !)… je veux dire qu’il y avait d’un côté la vie sur la route et de l’autre le « vrai » quotidien, avec le taf et les factures à payer, donc beaucoup moins glamour et agité !
Mes souvenirs barrés, je les garde bien au chaud, idem pour les trucs les plus cons que j’ai fait, il y en avait tous les week-end et dans quasi toutes les villes où on a joué.
Sex drugs and rock’n’roll… hum, ça se tient… tu peux cependant retirer les drogues, ça n’a jamais été mon délire (dures ou douces, je prenais quelques trucs quand j’étais plus jeune, au bahut, mais j’ai vite vu que c’était pas pour moi). Enfin, c’était pas non plus les Rolling Stones, c’est sûr… mais on a cependant fait quelques trucs pas piqués des hannetons que je n’aurais certainement jamais fait si je n’étais pas parti en tournée régulièrement.

5) Dans combien de pays as-tu joué avec tes différents groupes ? Il y en a t-il ou les conditions sont parfaites pour tourner ? Ceux où il faut éviter de venir jouer ? Cite nous un pays ou tu rêverais de jouer.
J’ai joué absolument partout en France et plusieurs fois (il y a des villes où j’ai joué une dizaine de fois !), en Suisse, en Belgique, en Espagne, en Allemagne, en Hollande, au Danemark, en Angleterre, en Ecosse, en Autriche… je vais bientôt jouer en Italie et en Serbie (en Février 2010)… Il n’y a pas de pays où les conditions sont parfaites pour jouer, ça serait trop beau… et en fait, ça dépend les styles… Avec Hawaii samurai, on allait régulièrement en Allemagne, pour le rock vintage dans ce délire c’était pas mal, le public y est connaisseur et se déplace aux concerts… L’Angleterre est pas mal même si les conditions sont rudes, pour Second Rate ce fût une bonne expérience car on ouvrait tous les soirs pour un groupe ricain (Garrisson, sur le label Revelation à l’époque) donc le public suivait et les clubs étaient pas trop mal… Pour le reste, j’aime bien tourner en France car les conditions financières sont très correctes si tu te débrouilles bien, je rentre à chaque fois avec de l’argent, ce qui est plus épineux quand tu commences à attaquer l’étranger… Les labels et les distributeurs qui sont derrières mes groupes sont français donc j’essaie de travailler sur ce terrain, ça me semble logique, c’est cool d’avoir le support d’un label, donc autant travailler dans le même sens… Même si chaque fois que j’ai une bonne opportunité de jouer à l’étranger, je la prends, à condition que les deals soient sérieux et que les finances suivent.
J’aimerais bien jouer aux Etats-Unis. Ca va peut-être se faire durant l’été 2010 avec Billy Gaz Station, ils ont une possibilité d’y tourner 15 jours, c’est une période où je serai là bas, donc c’est possible que ça soit moi qui tienne la basse sur ce tour. Rien n’est fait donc pour l’instant ça reste juste une éventualité.
J’aimerais bien jouer en Australie aussi… J’ai un contact solide là bas, la possibilité de faire un échange avec un groupe australien mais pour l’instant les périodes proposées ne correspondent pas à mon planning… ces derniers temps, j’ai été régulièrement sur la route (ou en studio) avec mes groupes donc difficile de planifier d’autre trucs… ça se fera peut-être dans un futur plus ou moins proche, je ne veux pas brusquer les choses, ça arrivera forcément, j’attends toujours les connections solides et sérieuses… il y a trop de groupes qui partent à l’étranger comme s’ils allaient en vacances, je ne suis pas dans ce délire…

6) Dans les Black Zombie Procession, comment tu composes les morceaux ? Tu pars d'un thème de base, de films que t'as vu ? Et pour le chant, c'est toi qui trouves aussi les mélodies ?
Je pars d’idées de riffs de guitare que j’enregistre sur un petit dictaphone numérique, je compose mes morceaux intégralement puis je les montre aux autres en répétition… L’idée peut venir de plein de choses différentes… J’écris ensuite les paroles (inspirées de films, de livres, de comic books ou de trucs plus perso’, mais toujours dans un délire horrifique, bien que mes paroles aient toujours un double sens), j’ai quelques idées de mélodies à la voix, quelques refrains que j’ai en tête quand j’ai composé les lignes de guitare, mais c’est généralement le chanteur qui finalise et qui fait ses propres choix…
Pour la zique, je n’ai jamais été en période de panne sèche… j’ai toujours plein d’idées, quel que soit le groupe… en règle générale, je suis assez productif. C’est aussi valable pour les autres groupes dans lesquels je suis à l’origine (genre Teenage Renegade).

7) Sinon, quoi de neuf chez les Last Brigade? Un deuxième album en vue ? Pareil chez les Teenage Renegade, ça compose ? Ca se repose ?
Repos ? Pas d’insultes, please ! Voilà un terme dont je ne connais pas la signification !
En ce qui concerne the Last Brigade, c’est Ritchie Buzz qui est derrière le groupe, c’est lui qui tire les rennes, et c’est lui qui finance de studio et ce qui en découle. Il habite Nîmes, donc on ne se voit pas autant qu’on le voudrait… En ce moment il est occupé avec Kevin K (avec qui il joue de la basse), il a pas mal de nouveaux morceaux qu’il m’a récemment fait écouter, je ne sais pas trop quand on va les enregistrer, c’est prévu mais chacun à un emploi du temps assez serré… L’année prochaine certainement.
Pour Teenage Renegade, on a eu une année particulièrement chargée, avec la sortie de notre premier album (« Is there Life after High School ?) et le split 45t partagé avec Billy Gaz Station, pour lesquels on a fait 5 grosses semaines de tournées. On revient juste d’une tournée de 3 semaines pour le Kicking Tour. Donc non, ce n’est pas vraiment une période de repos. On a encore une petite poignée de concerts jusqu’à la fin de l’année (décembre). On a également une formule en duo (Teenage Mixtape), on fait quelques concerts dans les périodes creuses… On va bientôt enregistrer quelques morceaux acoustiques que l’on mettra sur un prochain disque, aux côtés de morceaux punk rock.
D’ailleurs, on a profité de la tournée du Kicking Tour et d’un peu de temps pour monter un nouveau groupe : SLEECH. On a déjà enregistré 5 titres pendant la tournée. On va sortir un maxi CD, un petit format bien pratique, c’est un projet qui est né il y a peu, uniquement voué à être sur disque, un groupe composé de MatGaz à la batterie, de Billy the Kill à la basse et à la voix, de Madame Nasty au chant et de moi-même aux guitares.
Ca va sortir aux alentours d’Avril 2010. Du gros rock qui pousse au fion !
Le prochain gros truc pour moi, c’est l’enregistrement d’un nouveau disque de the Black Zombie Procession. Un mini album de 6 ou 7 titres. On va enregistrer ça aux alentours de Mai-Juin 2010 en France et je le mixerai aux Etats-Unis où je vais passer 6 mois l’année prochaine.
Et je vais également participer au prochain album de BLACK CITY BABIES (punk rock mélo old school), où je vais jouer les parties basse et guitares en studio, pour un mini album de 6 titres.
Voilà le programme.

8) Outre la musique, on sait aussi que tu es un grand fan de film de série B, Z... Fais nous une petite liste rapide des "zèderies" qu'il faut absolument visionner, les trucs les plus cheap que t'ais vu....
C’est pas vraiment correct… je suis un gros fan de la culture horrifique, ça peut être des films, des comics, des livres, des zines, des magazines. Je suis un bon dingue de ciné d’épouvante mais pas spécialement de films Z. Je n’aime pas trop les films amateurs, les nanars bricolés et tournés caméra à l’épaule, c’est pas trop mon truc. Je suis davantage dans le bis, c'est-à-dire le bon petit film qui n’a pas un budget énorme mais qui a été goupillé dans un bon esprit, avec des idées et surtout avec des tripes. Le direct to video, quoi. Ca va du slasher ultra classique au film gore bien jouissif en passant par les films de zombies (j’ai été dingue pendant longtemps, mais je me suis calmé, il y a eu un gros phénomène de mode qui m’a bien refroidi) et bien sûr les films de vampires. J’aime aussi les teenage movies ultra niais et les grosses prods américaines bien bourrines. Et je suis un supra fan des films de guerre du Vietnam. En général, j’aime le ciné très graphique. Plutôt que de citer une liste de noms de films interminables, je vais énumérer quelques uns de mes réalisateurs préférés, dans des styles assez différents : JOHN CARPENTER, JOHN MILIUS, STUART GORDON, BRIAN YUZNA, SAM RAIMI, PAUL VERHOVEN, WES CRAVEN, G A ROMERO, PETER JACKSON (early years only!), JOHN HUGUES, JOHN LANDIS, TOBE HOOPER, WALTER HILL, JOE DANTE, FRANK HENENLOTTER, ZACK SNYDER, LOYD KAUFMAN, CHARLES BAND…
En ce moment, je regarde peu de films, j’ai beaucoup à faire avec mes groupes et mes activités annexes (surtout le fanzine et mes sites), c’est par période, j’attends impatiemment la période Noël/Nouvel An, toujours plus calme, je vais pouvoir me mater quelques bonnes vieilles pépites !

9) Dans beaucoup de tes groupes, le côté visuel semble très important (notamment chez les Hellbats, les Hawaii Samurai ou encore BZP...) ; Peux-tu nous parler un peu des illustrateurs qui te bottent ? La BD, c'est un média qui te parle ?
Comme je te le disais, j’ai lu beaucoup de comics quand j’étais au lycée, particulièrement ceux de la firme Marvel (mes préférés à l’époque : Ghost Rider, Wolverine, Hulk, Spiderman et X-Men). J’ai un peu lâché même si je m’achète encore quelques BDs, occasionnellement, surtout des romans graphiques en fait… Madame Nasty en achète encore régulièrement, j’en profite pour lire ce qui m’intéresse.
Pour le côté graphique dans mes groupes, c’est obligatoire pour moi, tous ces projets sortent du cadre étriqué de la musique, c’est un délire global qui tape dans les 80s et globalement dans la culture teenage. Donc des références au monde horrifique mais pas seulement… C’est vrai pour les trois groupes que tu cites mais ça l’est aussi énormément pour Teenage Renegade, si tu as eu le dernier album, tu as pu découvrir tout le délire dans le livret, les illustrations, les références, les paroles, les notes de livret, etc…
Pour chaque pochette de disque de mes différents groupes, je fais appel à un illustrateur différent, souvent des américains, d’ailleurs… des mecs qui bossent dans le milieu des comics, ou des illustrateurs (qui font des affiches, des pochettes, du merch, etc).

10) Un dernier mot ? Si tu veux profiter pour faire ta promo...
Merci à toi d'avoir répondu à ces quelques questions.
Un grand merci pour ton interview. Je suis très content qu’il y ait un nouveau fanzine à Besançon !
Pour ceux qui veulent en savoir plus sur mes activités, vous pouvez faire un tour sur mon site, qui contentera les plus insatiables.