EveryDay Is Like Sunday Now It's Dark PODCASTNastyMerchNastyMerch

INTERVIEW NASTY SAMY pour le webzine INDE-SSENCE (Avril 2010)

Interview publiée dans le webzine INDE-SSENCE (Rodez), au sujet de Simon Chainsaw, de son Best of et de la tournée promo ayant eu lieu en Avril 2010.

Tu viens de produire la compil’ rétrospective de Simon Chainsaw "Eight Times Lucky", est ce que tu peux nous en dire un peu plus sur cet artiste ?
« Co-production » est un terme plus exact, puisqu’on a finalisé ce disque Retrospective/Best Of avec mon pote Cu! de Kicking Records, et que Simon, par le biais de sa structure Bad Apple Production, nous a filé un gros coup de main.
Simon est un punk rocker australien qui a joué dans Vanilla Chainsaws (groupe australien qui a eu un petit succès d’estime, signé au début des 90s sur GlitterHouse, le label européen de Mudhoney, Tad, Bullet Lavolta, The Fluid, Seaweed, etc, ainsi qu’une bonne partie du catalogue de Sub Pop en licence européenne) et qui a enchaîné sur une carrière en solo à partir des mid 90s. Prolifique et toujours en mouvement (de son Australie natale il est passé par le Japon, les Etats Unis, l’Allemagne pour enfin atterrir au Brésil où il habite maintenant depuis 4 ans), Simon appartient à la même famille que Jeff Dahl, Sonny Vincent, Kevin K, etc, même si musicalement la couleur est beaucoup plus éclatée. Du punk rock and roll qui tache aux sonorité plus 90s à la power pop musclée et mélodique, ne crachant pas sur quelques gimmicks hard rock, on va dire que son univers musical s’étend de TSOL, Social Distortion, les Saints, Dead Boys, Supersuckers, Cheap Trick, Hoodoo Gurus, Turbonegro et même, pourquoi pas, les premiers albums de Foo Fighters et quelques noms indispensables de l’indie rock US de sa génération (the Replacements, Soul Asylum, Goo Goo Dolls, etc). C’est du rock frontal et super bien composé, très catchy, toujours mélodique et ultra mordant.
Ca fait environ 7 ans que je connais ses activités… je me rappelle d’une longue interview dans le fanzine toulousain Dig It ! et de ses premiers disques solos qui m’avaient tout de suite branché.
Il a joué avec un paquet de monde, beaucoup de line-up différents, de backing band ici et là, il a énormément voyagé, il est toujours d’attaque pour enregistrer un nouveau disque aux quatre coins du globe et pour collaborer avec de nouveaux gaziers, bref son profil avait tout pour me plaire…

Comment t'es venue l'idée de monter cette compil ?
Je suis en contact étroit avec Simon depuis l’année dernière… Il m’a envoyé un coffret promo il y presque un an, que j’ai chroniqué dans un magazine et un fanzine… je ne sais pas comment il a eu mon adresse, mais quelqu’un a dû lui dire que je pourrais l’aider d’une manière ou d’une autre en France ou en Europe. On s’est envoyé quelques emails, puis je lui ai demandé s’il comptait revenir jouer en Europe dans les mois à venir, il m’a répondu qu’il cherchait des contacts solides et qu’il étudierait toute sorte de proposition sérieuse. Il n’a pas tourné depuis ces quatre dernières années, durant lesquelles il s’est installé au Brésil avec sa femme et ses deux enfants.
L’idée d’un disque un peu particulier à germé, une galette qui permettrait aux gens qui ne le connaissent pas de commencer en douceur, avec une sélection de titres extraits de ses albums solos. Je lui ai proposé cette idée de CD Rétrospective/Best Of, sa discographie étant très difficile à trouver en Europe… Il a tout de suite été branché. On a étudié ensemble le projet et on s’est mis d’accord sur quelques points, j’ai choisi le track listing, il a apporté quelques petites modifications et tout s’est enchaîné très vite…
Pour la petite anecdote, il est venu enregistrer un disque en France il y a 7 ans, au studio de Lucas Trouble (du label Nova Express), et Lucas lui avait organisé une session rapide en lui trouvant des musiciens pour son backing band. Il m’avait demandé de jouer la guitare lead sur cette session, le batteur n’était autre que mon pote Buenax (avec qui je jouais à l’époque dans Hawaii Samurai), Vinz était à la basse et un guitariste allemand jouait une deuxième guitare (le mec qui jouait à l’époque avec Sonny Vincent). J’avais cependant été forcé d’annuler ma prestation au dernier moment, la faute à un doigt cassé après avoir donné un coup de poing à un mec le soir de la fête de la musique (un mois d’arrêt, avec attelle et tout le merdier)… J’ai été remplacé sur le fil, bien déçu de devoir annuler des dates avec Hawaii Samurai les jours suivants (on jouait avec les Groovie Ghoulies !!!) et de devoir tirer un trait sur ma participation au disque de Simon. Premier rendez vous manqué. Le fait qu’il me recontacte 7 ans plus tard tient de la pure coïncidence puisque ce n’est pas lui qui avait choisi ses musiciens… le destin, je présume… en tout cas la boucle est bouclée, et je suis super content de pouvoir collaborer avec lui sur un autre disque, même si du coup, cette fois-ci, je ne joue pas dessus…

Comment as tu choisi les titres qui y figurent ?
Très simple, j’ai listé tous mes titres préférés sur chacun de ses disques, en essayant de conserver l’équilibre mélodique, punk et rock n roll de sa musique… J’ai écouté en boucle toute sa discographie pendant une semaine, en prenant des notes et en annotant quelques play-lists… Il ne voulait pas plus de 15 morceaux sur ce best of, j’ai donc opéré une deuxième sélection, un jonglage délicat, il m’a glissé quelques titres qu’il voulait absolument voir apparaître puis on est finalement tombé d’accord sur les 15 titres de la track list finale qui figurent sur cette galette. Toutes les périodes sont représentées, la plupart de ses sessions studios, certaines dotées d’un excellente production et d’autre beaucoup plus urgentes… Au final, je pense que cette sélection lui va comme un gant. Le meilleur moyen en tout cas de découvrir son univers. Après, libre à celui à qui ça plaît de gratter en profondeur dans les limbes de sa discographie fourmillante…

L'idée d'organiser une tournée concomitante à la sortie de cette compil est elle venue dés le début de ton travail avec Simon ou a-t-elle germé petit à petit au fur et à mesure de ton implication dans ce travail de compilation ?
En fait, l’idée a germé un peu après nos premiers contacts, puisqu’on a d’abord parlé d’une éventuelle collaboration sur scène, pour une tournée sur le Vieux Continent, et ensuite l’idée du Best of est apparue naturellement… Il fallait un nouveau support pour la promo, un disque qui mettrait un peu de lumière sur sa discographie, il venait de sortir son nouvel album « Alpha Negra » (2009, dispo au Brésil et en Australie) et son coffret 4 CDs, mais pas distribués ici, donc l’idée du best of/rétrospective était tout simplement idéale pour ce genre d’initiative.
Vu que j’étais en train d’organiser un peu le même type de tournée et de collaboration avec l’américain Scott Deluxe Drake (ex-The Humpers, LA), on est parti sur la même base, c’est à dire un backing band français, il viendrait seul en France par l’avion, on répéterait une semaine et ensuite en concert pour trois semaines. J’ai centralisé les infos et j’ai organisé le tour.

Vous venez de passer un mois ensemble en tournée, comment ça s'est passé, quelle impression cela fait de pouvoir tourner avec un musicien de cette trempe surtout quand on en est fan ?
Très bien, des jours mieux que d’autres au niveau des lieux et du public mais globalement c’est une réussite incontestable pour une première collaboration. Il n’avait jamais joué en France et n’avait pas vraiment tourné (à part quelques concerts ponctuels au Brésil) depuis 4 ans, il était content de retrouver la scène et de voyager en van à nouveau. Au niveau financier, tous les frais engagés ont été récupérés, le merch a bien fonctionné, aucun problème particulier, bref, du tout bon sur toute la ligne. Pas évident de trouver le juste équilibre quand on ne connait pas ou très peu ses collègues de jeu, mais tout le monde avait bien bossé en amont, on a appris à se connaître sur la route et tout s’est bien passé. On est tous habitué à bosser dans ces conditions, donc pas de grosses surprises.
De mon côté, c’était une tournée de plus, que ça soit avec Simon ou un autre, j’envisage la route de la même manière, avec la même rigueur. J’ai énormément tourné ces derniers temps, avec pas mal de groupes différents, je fais de mon mieux pour que les tournées se passent le mieux possible. Simon était content de jouer avec nous, il a vu que nous étions sérieux et qu’il pouvait compter sur nous, c’est le principal.
De mon côté, je suis content d’avoir passé un mois avec lui, une nouvelle aventure, une nouvelle expérience, on a fait un paquet de concerts et on a même enregistré de nouveaux titres en studio (en France et en Espagne) pour un prochain single qui sortira en format vinyl (EP) l’année prochaine.
Ce genre de périple, c’est toujours fatiguant, surtout quand tu as plusieurs casquettes, là c’est moi qui ai monté la tournée, je conduisais la plupart du temps, je faisais office de road manager, de roadie, plus les concerts, etc… donc, je ne te cache pas que je suis toujours heureux quand je glisse, après le dernier soir, ma guitare dans son flight case. Quand je sais que le boulot a été bien fait et que chacun a fait de son mieux et ce dans le meilleur esprit possible, alors je peux tourner la page sereinement et passer à autre chose.

Vous avez durant cette tournée fait deux haltes en studio, à quoi sont destinées ces sessions et surtout à quoi ressemblent les morceaux qui vont sortir ?
Effectivement, à l’arrivée Simon a rajouté une semaine à son périple, nous sommes donc passés à 4 semaines puisqu’il a eu quelques propositions de concerts en Espagne au dernier moment, et nous avons choisi d’annuler les dates allemandes prévues initialement car le contact avec le tourneur allemand (Muttis Booking) se faisait de plus en plus flou… Il a donc fallu essayer de réduire au minimum les jours offs, qui coûtent chers et qui surtout sapent le moral des troupes… Quoi de mieux que de boucler deux sessions studios pour enregistrer du nouveau matériel ? Excellente idée, qui permet d’être productif et créatif, ça colmate les trous et ça prépare le terrain pour la suite…
De plus, Simon avait invité son pote Damo en guise de merch man, un australien qui s’occupe du magazine rock Long Gone Loser (également un podcast), et aussi chanteur guitariste du groupe Muscle Car (heavy punk n roll gras et coulant), il nous a proposé d’enregistrer 2 titres pour un nouveau single (format 45t) en guise de backing band, ce qu’on a bien sûr accepté. On a enregistré un nouveau titre, composé par ses soins, et une reprise des Replacements (« Bastard of Young »), il va mixer les morceaux à son retour, à Melbourne, et ça sortira à la fin de l’année. Ca, c’était pour la première session studio, en France.
En ce qui concerne la deuxième session, ça s’est passé à Montesa, dans la grande banlieue de Valence, dans un petit village perdu dans les montagnes, tout au Sud de l’Espagne. On est resté 5 jours et on a mis en boîte 4 nouveaux titres. Deux nouveaux titres composés par Simon et deux reprises (« Laughing » des Goo Goo Dolls et « Not the Kind of Attitude » de Muscle Car, le groupe de Damo). Ca va sortir en format vinyl, un EP, en début d’année prochaine. Simon doit mixer les titres au Brésil, il m’en dira plus une fois que ça sera fait.

Votre association (Simon+Sam+Vinz+Turbo) va t-elle avoir son propre nom du genre à Simon Chainsaw & The Hippy Killers ?
Non, je ne pense pas… en fait, on n’en a pas parlé… Dans tous les cas, ça reste son projet et ses morceaux, nous ne sommes que des musiciens qui l’accompagnons. Même si je suis beaucoup intervenu dans l’arrangement des nouveaux titres enregistrés, il reste le compositeur et c’est son truc de A à Z. Pour le nom, peut-être qu’il réfléchira à un truc, je vais lui demander ce qu’il en pense… tu auras la réponse quand le EP sortira !

Apparemment Simon prévoit de revenir tourner en Europe l'année prochaine, est ce que tu confirmes et surtout seras-tu de la partie ?
Il a l’air motivé pour remettre ça effectivement… il a bien apprécié cette tournée, sans aucun doute, et compte bien ne pas s’arrêter en si bon chemin. Pour l’avenir, c’est encore un peu tôt pour en parler, mais s’il doit revenir pour une nouvelle tournée, il se peut que ça soit avec la même équipe. Après, comme je viens de le dire, rien n’est certain, il faut qu’on en parle ensemble, qu’on voit ce qui est possible ou pas, et ensuite voir si on trouve des solutions à tous les problèmes : les plannings de chacun (tout le monde joue dans plusieurs groupes), le budget/les finances, trouver des structures pour produire le nouvel EP vinyl, monter une nouvelle tournée digne de ce nom, essayer de tirer des leçons de cette première collaboration et faire en sorte de faire encore mieux, etc…
De mon côté, là je fais une pause concert pendant presqu’un an, je pars aux Etats Unis pendant 6 mois dans quelques semaines, quand je reviendrai j’aurai pas mal de trucs à faire pour mes propres groupes, mais s’il me sollicite à nouveau, je ferai en sorte de pouvoir lui filer à nouveau un coup de main pour organiser tout ça… On parle d’une nouvelle tournée aux alentours de Mars 2011.
Merci pour l’interview, et surtout pour l’accueil lors du concert à Rodez, on a passé une excellente soirée.
Ceux que ca intéressent peuvent se procurer le Best Of/Retrospective (1999-2010) de Simon Chainsaw « Eight Time Lucky » sur mon site www.nastymerch.com ou sur le site du label Kicking Records (www.kickingrecords.com).
Pour le reste de sa discographie, passez faire un tour sur ses sites :
www.simonchainsaw.com
www.myspace.com/simonchainsaw